Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Torchère – Fontaine – Hyères

Informations :

  • Fondeur: DUCEL
  • Adresse ou lieu-dit: Avenue André et David de Beauregard
  • Code postal (en France): 83400
  • Localité: Hyères
  • Pays: France
  • Continent: Europe
  • Planche Volumen: DUC_VO_PL168_F279 – Fontaine avec bassin
  • Matériau: Fonte
  • Morphologie: fontaine
  • Titulaire(s) et droits sur les photos:

    Collection France Debuisson - Musée d'Orsay

    Photo complémentaire : Dominique Perchet RIFA 2009

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Torchère – Fontaine – Hyères
Torchère - Fontaine - Hyères - Image1Torchère - Fontaine - Hyères - Image2Torchère - Fontaine - Hyères - Image3Torchère - Fontaine - Hyères - Image4Torchère - Fontaine - Hyères - Image5Torchère - Fontaine - Hyères - Image6
Fiche créée ou mise à jour par : le 19 octobre 2010

Description:

Localisation à l’origine : Hyères, boulevard des Palmiers (Var)

Description : modèle repris du fonds Ducel, présenté dans le catalogue Ducel Val d’Osne pl. 168_F279

Commentaire : M. Godillot était actionnaire du Val d’Osne, ce qui explique l’importance des fontes d’art de cette fonderie dans la ville. Les modèles de la fonderie Ducel ont été repris par le Val d’Osne en 1878.

Inscriptions

Sur la plinthe du bassin : J.J. DUCEL / ME De Forges PARIS

Historique

Pour la célèbre chaussure à qui il a donné son nom, Alexis Godillot est sans doute « le plus connu des hyérois ». Fidèle de Napoléon III, l’homme a bâti son immense fortune en tant que fournisseur des armées en équipement militaire. Maire de Saint-Ouen, il s’y est exercé aux pratiques d’investisseur et de promoteur immobilier. Il acquiert en 1864 l’Hôtel des Iles d’Or En 1860, la ville semble promise à un bel avenir : c’est ce que pensent les constructeurs des nouveaux hôtels qui ouvrent entre 1850 et 1860, comme le Grand-Hôtel des Iles d’Or, le grand hôtel du Parc (80 chambres), l’hôtel d’Orient ou encore l’hôtel des Hespérides. A cette période, le parc hôtelier totalise plus de 600 chambres. Pourtant, en 1864, la concurrence de Nice que le PLM rend accessible depuis Paris se fait sentir et Hyères amorce une période de déclin, en contraste avec la fièvre de la construction qui s’empare de la Côte d’Azur, de Cannes à Nice et de Menton à Toulon. Progressivement se dessine l’identité paysagère de la station hyéroise ; en se spécialisant comme station familiale où l’on vient pour se reposer et se promener dans ses jardins et sa campagne, Hyères se construit un caractère par différence avec ce qui se passe ailleurs, en bord de mer. et 20 hectares de terres agricoles dans les jardins de Beauregard, qu’il viabilise et lotit. Hommes de lettres, officiers de la Marine, scientifiques, grands industriels européens viennent s’y établir et y faire construire. Le quartier des villas voit le jour. Entre autres architectes, Pierre Chapoulard, connu pour ses célèbres villas mauresques, y construit les villas Jolliette, Henriette, Bellevue et la villa Henri Michel pour Godillot lui-même.


Le « quartier Godillot » est un projet d’urbanisme avant la lettre, structuré par de grands percements et des travaux d’embellissement - essentiellement quatre fontaines en fonte du Val d’Osne - que le généreux mécène, qui a des actions dans l’entreprise, offre à la ville : en haut de l’avenue Godillot, majestueux tracé planté de palmiers qui relie la ville à la gare, une fontaine Wallace, à l’image des capitales, de Londres ou de Paris, apporte l’élégante urbanité et l’eau précieuse et même le gobelet au promeneur assoiffé. En homme d’affaire avisé, Godillot a obtenu de la toute nouvelle Compagnie Générale des Eaux, implantée depuis 1876, la gratuité pour 200 litres d’eau journaliers. Plus bas, une autre fontaine, plus monumentale, à laquelle on donnera son nom, marque la nouvelle entrée de ville, face à l’église anglicane qui vient d’y être édifiée pour les besoins de la colonie anglaiseEn 1880, la colonie anglaise qui était minoritaire en 1860, tend à égaler en nombre la colonie française, surenchérissant la prédominance déjà sensible de la société aristocratique rentière et noble de la colonie hyéroise. A cette date, le Grand-Hôtel des Iles d’Or fait l’objet d’une surélévation et transformation en palace ainsi que d’une extension avec l’édification par Chapoulard de l’hôtel Continental. Au quartier d’Orient, construit en 1880, s’ouvre l’hôtel Chateaubriand qui compte quatre-vingt-dix chambres. Trois hôtels, dits de l’Ermitage, d’Albion et de Costebelle, sont édifiés par Peyron et font de Costebelle, à 3 km de la mer et 100 m d’altitude, une annexe de Londres, à 22 heures de route, avec un golf de 18 trous, électricité et piscine. Les grands hôtels de Costebelle jouent la carte d’une spécialisation en station climatique, pour se différencier de ses rivales. En 1886, Hyères est la seule station présente au Congrès international d’hydrologie et de climatologie de Biarritz. Elle connaîtra son apogée en 1892 avec le séjour d’hiver de la Reine Victoria ; à cette date, la ville reçoit une colonie d’environ mille hivernants..

Référence source

Fonds Debuisson
Numéro d'identification de la fiche : M1531

     

1229 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie ,

 

Monumen

L’Enfant – Bort-les-Orgues

Sculpture représentant une mère avec son enfant dans les bras due à Paul Roger-Bloche en 1899.

9 septembre 2019

120 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

Les Verseuses – Contrexéville

Groupe monumental de deux femmes versant de l'eau d'une jarre. La sculpture a été produite par Christophle et pourrait être une galvanoplastie : l'incertitud...

22 août 2019

892 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

Buste de la République (fondu) – Troyes

Localisation initiale : façade de la Préfecture.

8 août 2019

138 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE