Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Tombe d’Étienne Robert – Cimetière du nord – Reims

Informations :

  • Sculpteur 1: CHAVALLIAUD
  • Adresse ou lieu-dit: 1 bis rue du Champ de Mars
  • Code postal (en France): 51100
  • Localité: Reims
  • Département: 51 - Marne
  • Région: Champagne-Ardenne
  • Pays: France
  • Continent: Europe
  • Latitude: 49.26265935627313
  • Longitude: 4.032580328356971
  • Matériau: Bronze
  • Type d'oeuvre: Fonte funéraire
  • Morphologie: buste
  • Année: 1896
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Patricia G. - Photos octobre 2018

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Tombe d’Étienne Robert – Cimetière du nord – Reims
Tombe d'Étienne Robert - Cimetière du nord - Reims - Image1Tombe d'Étienne Robert - Cimetière du nord - Reims - Image2Tombe d'Étienne Robert - Cimetière du nord - Reims - Image3Tombe d'Étienne Robert - Cimetière du nord - Reims - Image4Tombe d'Étienne Robert - Cimetière du nord - Reims - Image5
Fiche créée ou mise à jour par : le 27 novembre 2018

Description:

Buste d’Étienne Robert

Cimetière du Nord – 1 bis rue du Champ de Mars – Reims – Canton 22

Suite à de nombreux vols, le buste a été remplacé par une copie en ciment teinté.

Inscriptions

1) Sous le buste : Étienne Robert

2) En bas : Famille Robert

Historique

Musicien rémois. Né à Reims le 6 août 1816, y est mort, 1 place Clovis, le 29 septembre 1896. Étienne Robert, élève de Fanart, fut l’un des premiers chefs de la Musique municipale, l’un des fondateurs de la Société philharmonique et devint maître de chapelle à la cathédrale à partir de 1848. Étienne Robert fit don au musée rétrospectif de quelques anciens instruments d’une facture excellente : deux guitares du 18e siècle, flûtes et clarinettes, montées en argent, etc., ainsi que de quelques recueils musicaux et des albums du dessinateur Lundy. Célibataire il repose au Cimetière du Nord où on peut voir son buste, très expressif, par Léon Chavalliaud. Source : LRDR.

https://sites.google.com/site/lavieremoise/biographies-remoises/biographies-remoises---q-r

De très bonne heure, il avait montré de rares dispositions musicales. Le meilleur élève du maître distingué M. Fanart, à neuf ans, il conduisait une messe en musique à Saint-Jacques. Il fut un peu plus tard maître de chapelle, puis organiste de cette église. Bientôt la science musicale n’eut plus de secrets pour lui : il se l’appropria par un travail persévérant et acharné. Et bien qu’il ait eu les leçons de maîtres réputés, on peut dire qu’il se fit lui-même en grande partie. Il fut l’un des premiers chefs de la musique municipale, qui s’appelait la musique de la garde nationale. La société philharmonique l’eut à sa tête pendant de longues années, il en fit la première des sociétés symphoniques de province. Mais c’est surtout comme maître de chapelle de la cathédrale qu’il se signala, faisant de cette maîtrise une pépinière d’artistes, tels que le regretté Grison, organiste à la cathédrale, Tristant, organiste et compositeur à Rethel, Edmond Missa, organiste et compositeur à Paris ; Belleville, professeur et organiste à Saint-André ; Péria, maître de chapelle à Bayonne ; l’abbé Duval, organiste à la cathédrale ; l’abbé Régnier, à Laon ; O. Coquelet, chef de musique au 2e génie à Montpellier ; Cury, compositeur distingué et professeur de piano et d’harmonie à Paris ; E. Lefèvre, professeur, compositeur, chef de la Philharmonique et de l’Harmonie municipale ; Ambroise Petit, directeur de l’Orphéon : « Les Enfants de Saint-Remi » ; P. Dazy, aujourd’hui son successeur comme maître de chapelle, etc. Il avait au suprême degré les qualités du professeur : science, feu sacré, dévouement et désintéressement. Habeneck, jadis directeur des Concerts du Conservatoire, l’associait aux plus remarquables exécutions et lui reconnaissait au plus haut degré la science de direction. Sur son testament, avec la recommandation de lui faire de très modestes obsèques, il stipulait des legs importants, visant surtout les musiciens pauvres. Malgré cette recommandation, il eut à ses funérailles tous ses anciens élèves, tous les musiciens, toutes les notabilités rémoises. Trois discours furent prononcés : par M. Aubert Loche, son vieil ami, par M. Ernest Lefèvre, son meilleur élève et par M. Jolly, adjoint au maire, jadis aussi son élève. Source : AMB 1897.

https://sites.google.com/site/lavieremoise/notices-necrologiques/notices-par-ordre-alphabetique/notices-necrologiques---r

Référence source

Sur le terrain
Numéro d'identification de la fiche : 9665bebf3894e848

   

266 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Portes de chapelles sépulcrales – Division 48 – Cimetière du Pè...

Portes relevées dans la 48e division

16 octobre 2019

42 vues au total, 3 vues aujourd'hui

 

Monumen

Ornements et croix – Division 48 – Cimetière du Père Lachaise &...

Ornements relevés dans la 48e division

16 octobre 2019

55 vues au total, 5 vues aujourd'hui

 

Monumen

Entourages de tombes – Division 48 – Cimetière du Père Lachaise...

Entourages relevés dans la 48e division.

16 octobre 2019

34 vues au total, 2 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE