Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

SAINT-CYBARD

Informations :

  • Nationalité: Française
  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 15 janvier 2021

Description:

Usine de construction mécanique, fonderie de Saint-Cybard – 116 rue de Bordeaux – Angoulême (Charente)

 Cet atelier de construction mécanique pour la papeterie est construit en 1825 pour Cordier. En 1857, celui-ci y ajoute une fonderie de seconde fusion pour la fonte moulée. Après Cordier, l’usine est la propriété de Barraud, puis de Birot et, au début du 20e siècle, elle est connue sous la raison sociale L. Fleuranceau. Elle se spécialise dans la fabrication d’engrenages, de poulies et de volants jusqu’à 6 t. L’usine ferme dans les années 1930. Il ne reste qu’un petit atelier en rez-de-chaussée de fonction inconnue et des vestiges d’autres corps de bâtiments (murs sans couverture).

 Annexe 1 : Fonderies de Saint-Cybard, fondées en 1825. L. Fleuranceau, fournisseur de la guerre, de la marine et des chemins de fer. Extrait de L’Illustration économique et financière, 1922, p. 96.

Les ” Fonderies de Saint-Cybard “, doyennes des Fonderies d’Angoulême ; anciennement connues sous les noms de Cordier, J. Barraud, Barraud Frères, Birot-Fleuranceau et Cie, et actuellement sous celui de L. FIeuranceau, sont situées à Angoulême, dans l’Ile de Saint-Cybard, formée par la Charente, au pied de la ville. Elles existent à cet endroit depuis 1825.

Fabriquant tant sur modèles qu’au trousseau toutes pièces de fonte utilisées en mécanique générale, cette maison s’est particulièrement fait connaître par son moulage au trousseau exécuté par les procédés et systèmes Birot (breveté S.G.D.G.).

Les Fonderies de Saint-Cybard se sont spécialisées dans la fabrication des engrenages de toutes formes et de toutes dimensions jusqu’à six tonnes, ainsi que des poulies, volants et pièces troussées ; lesquels, exécutés journellement par un personnel particulièrement habile, maintiennent la vieille réputation de la maison.

Annexe 2 : La fonderie de Saint-Cybard. Extrait de : Peaucelle, Denis. Fumées du Nil, n° 0, Angoulême, 1988.

Jean-Marie Cordier crée en 1837, à l’extrémité de l’île de Saint-Cybard, une fonderie qui fabriquera des pièces de mécanique générale et de papeterie et qui se perpétuera sous des appellations diverses jusqu’en 1925. Les bâtiments seront vendus aux Papeteries Bardou en 1930.

Numéro d'identification de la fiche : 816001595d0548f

 

72 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Fondeur

TALLIBOT et PIAT

Tallibot et Piat, fondeurs à Amboise (Nazelles) - 1893-1903 PIAT : inconnu - SÉRIÈS successeur de Tallibot et Piat. Fonderie de fer, cuivre, fonte malléab...

29 janvier 2021

93 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

LETERTRE et CROS

LETERTRE : Fonderie de fonte et de fer - Pocé-sur-Cisse - 1878 CROS : inconnu   LETERTRE était semble-t-il un ouvrier de la fonderie DUCEL et à la...

29 janvier 2021

65 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

CORDEBART

Usine de construction mécanique et fonderie Cordebart, puis Cordebart Michaud - Angoulême (Charente), 35 rue de la Rochefoucauld Cordebart et Michaud ont déb...

7 janvier 2021

106 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE