Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

MARTIN Raymond

Informations :

  • Prénom: Raymond
  • Nationalité: Française
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né à Paris en 1910 - Décédé à Cachan en 1992

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 22 mai 2014

Description:

Entre en 1925 à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers. Il y aura comme professeur Jules Jouant, (1882-1921), qui le guidera vers la sculpture. Il restera toujours le fervent disciple de ce sculpteur français qui produisit essentiellement des œuvres de style art nouveau. C’est alors qu’il connaît Robert Wlérick Robert († 1944) dont il sera le fidèle disciple. Il collabora avec lui à la statue équestre du maréchal Foch (*) au Palais de Chaillot. Martin expose régulièrement aux Salons d’Automne et des Tuileries.

(*) Au début de 1938 s’ouvre le concours pour la commande officielle de la statue équestre du maréchal Foch, que Robert Wlérick et Raymond Martin obtiennent en collaboration. Robert Wlérick décédé en mars 1944, Raymond Martin terminera seul l’importante commande de la statue équestre qui sera inaugurée en 1951 à son emplacement actuel, au centre de la place du Trocadéro.

De 1927 à 1929, il se perfectionne à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans l’atelier de Coutan. À 22 ans, il s’affirme et réalise sa première exposition dans une galerie privée, la galerie Paquereau, rue Guénégaud à Paris.

Peu après, la reconnaissance officielle ne tarde pas. Son Buste de Mergier est acheté par la Ville de Paris. Même succès au Salon d’Automne, dont il sera nommé sociétaire, avec l’achat par l’État de la Tête d’Ève en bronze. Conscient du talent de son fils, son père lui fait construire un atelier à Cachan où il demeurera toute sa vie. Il obtient son premier Prix en 1932, le Prix Blumenthal.

À partir de 1941, chaque année, Raymond Martin expose au Salon des Tuileries. L’artiste dessine sans interruption : à la fin 1943, il aura une exposition permanente de dessins chez Jacquart. En 1944, il prendra le poste de professeur à l’Académie de la Grande Chaumière où il restera jusqu’en 1951.

Parallèlement, Raymond Martin est élu professeur à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Il exercera cette fonction jusqu’en 1978.

L’artiste continue à dessiner presque journellement. En 1950, il exécute le monument du Général Mangin au chevet de l’Église Saint-François Xavier à Paris. Les commandes d’État s’enchaînent, les expositions et les succès aussi.

Raymond Martin, est élu à l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France en 1962. Il se consacre, de 1965 à 1969, à sa grande aventure personnelle, la création du mémorial érigé à la mémoire du Général Leclerc à la porte d’Orléans à Paris. Cette sculpture connaît un destin mouvementé.

En 1973, Raymond Martin se voit confier par la Tunisie, à l’occasion des soixante-dix ans du chef de l’État, l’exécution d’une statue équestre du président Habib Bourguiba et d’une fontaine, qui sont érigées à Sfax.

En 1981 Raymond Martin participe à l’ensemble architectural du parvis de la Cathédrale d’Orléans. Puis en 1982, le sculpteur réalise deux sculptures (“L’été” et “L’hiver”) dans l’arcade des nouveaux bâtiments du Sénat, rue Garancière à Paris ainsi que l’achat par la municipalité de Cachan du bronze de la “La Rencontre”, un couple nu, enlacé, tenant un petit enfant dans les bras (installé à l’extérieur du bureau de poste dans l’ensemble immobilier réalisé dans cette ville par l’architecte Louis Arretche). L’année 1985 est marquée par 3 expositions importantes : l’exposition « Raymond-Martin à Monnaie de Paris », « Raymond-Martin au Musée Despiau-Wlérick de Mont-de-Marsan » et « Raymond-Martin à Cachan ». En 1987, le Prix Byzantion lui est attribué pour une de ces œuvres majeures : l’Homme au Trophée, qui trouve sa place à la l’Hôtel de Ville de Cachan. 1989 constitue une année importante avec l’exposition « Paris-Moscou » à Moscou ; l’exposition sur « la sculpture française, de Rodin à nos jours » à Fontainebleau et l’inauguration des bas-reliefs pour l’hôtel particulier de Marcel Dassault avenue des Champs-Elysées à Paris (abrite actuellement le magasin français Abercrombie & Fitch).

En 1990 Raymond Martin participe à l’exposition « Sculpture française de notre temps » à Versailles. Deux ans plus tard a lieu l’inauguration du buste Michel Faré à l’ICART, alors que Raymond Martin décède le 3 février de cette même année.

Sources et liens externes

Sources : Dictionnaire Bénézit, dictionnaire Lamy, Les bronzes du XIXe siècle, dictionnaire des sculpteurs (Kjellbert Pierre, les Éditions de l’amateur, Paris, 1996), L’univers des bronzes (Devaux Yves, Éditions Pygmalion, Paris, 1978), L’âge de la fonte (Renard Jean-Claude, Les éditions de l’amateur, Paris, 1985), Wikipédia qui donne une importante liste d’œuvres et un certain nombre de photos.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

798 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Sculpteur

Wallgren

D’origine finlandaise, le sculpteur prit la nationalité française en 1902. Il est un des plus importants représentants nordiques de l'Art nouveau. En 1877, à...

3 novembre 2018

92 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Sculpteur

PEKLE

Sculpteur méconnu du grand public, Jean-Mathieu Pekle (1868-1956) figure parmi les principaux artistes corses de la première moitié du 20e siècle. Fils de négoc...

2 octobre 2018

71 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

100 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE