Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

MARCHAND

Informations :

  • Prénom: Léon
  • Activité: Fondeur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Décédé en 1899

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 22 mai 2014

Description:

Activité : 1822 – ???

Adresse : 57 rue de Richelieu à Paris (vers 1850)

 

La fonderie créée à Paris en 1822, produit essentiellement des objets d’ameublement (vases, garnitures de cheminées) et des statuettes, exposés et vendus dans une galerie qui lui est rattachée.

En 1876, Léon Marchand participe à l’Exposition universelle de Philadelphie où il expose une cheminée de bronze et de marbre.

Il travaille essentiellement pour Cumberworth dont il édite le groupe Cléopâtre et Lesbie. On lui attribue aussi la statue d’Arthur Bourgeois (1838-1886) (signée « L. Marchand ») exposée dans les jardins du Luxembourg à Paris et qui représente un jeune acteur répétant.

Collaboration avec Frédéric-Eugène Piat (1827-1903), l’un des principaux sculpteurs-ornemanistes associés au renouveau artistique de l’industrie française du bronze d’art et d’ameublement de la seconde moitié du siècle. Son œuvre, composée de plusieurs centaines de modèles créés pour les plus importantes fonderies parisiennes, est caractéristique de l’historicisme et de l’éclectisme stylistique qui dominent le goût public et les arts décoratifs de son époque.

À partir de 1860, Eugène Piat entame sa collaboration avec le fabricant de bronzes d’art Louis Léon Marchand (1831-1899). Il est tout d’abord engagé par le fondeur pour décorer son nouveau magasin d’exposition parisien puis, vers 1862, Marchand s’assure par contrat l’exclusivité de la collaboration de l’ornemaniste et le nomme directeur artistique de sa maison en vue de l’Exposition universelle de Londres en 1862. Lors de cette exposition, Léon Marchand présente une Cheminée monumentale de style néo-grec, figurant un autel dédié à la déesse Minerve, en marbre et bronzes polychromes dont le modèle fut réalisé par Piat. Cette œuvre suscite l’unanimité des critiques, tant françaises qu’étrangères. L’ancien inspecteur général des monuments historiques, Prosper Mérimée ainsi que le conservateur du musée de Cluny, Edmond Du Sommerard, en loueront notamment la recherche savante des détails et le fini merveilleux de l’exécution. Eugène Piat regardera longtemps cette pièce comme le plus grand chef-d’œuvre de sa carrière.

Il réalise de nouveaux modèles pour la maison Marchand en vue de l’Exposition universelle de 1867. Le fondeur et l’ornemaniste y présentent une fontaine à eau-parfumée, dans un style mêlant ceux de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, exécutée en bronze argenté, et comportant des émaux peints réalisés par Bernard-Alfred Meyer (1832-1904). Tandis que le fabricant obtenait une médaille d’or, l’ornemaniste était gratifié d’une médaille d’argent en tant que collaborateur.

Eugène Piat conçoit de nouveau des modèles pour Léon Marchand en vue de l’Exposition universelle de Vienne en 1873. Ensemble, ils présentent un monumental pouf-fontaine jardinière qui ornera quelques années plus tard le grand hall du casino d’Aix-les-Bains. C’est lors d’une visite du président de la République Adolphe Thiers dans les ateliers de Léon Marchand, venu observer les produits qui allaient être envoyés dans la capitale autrichienne, qu’Eugène Piat fut décoré chevalier de la Légion d’honneur pour le mérite artistique que l’ornemaniste apportait à l’industrie du bronze français.

Œuvre : Statue en bronze à patine brune, signée CUMBERWORTH (Charles). Cumberworth  référencé dans le dictionnaire des sculpteurs, porte également la signature du fondeur Léon Marchand. Hauteur 31 cm – Longueur 31 cm – Profondeur 19 cm.

Sources et liens externes

Sources : 1) Wikipedia - 2) DEVAUX (Yves), L’univers des bronzes…, Paris,1978, p.280. - 3) HACHET (Jean-Charles), Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers et fondeurs, de l’Antiquité à nos jours, 2 vol., 18000 pages, 2005. Les fondeurs, tome II, p. 861. - 4) KJELLBERG (Pierre),Les bronzes du XIXe siècle (dictionnaire des sculpteurs), Paris, les éditions de l’amateur, 1989, p. 662.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

524 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

ANDRÉ

Jean-Pierre-Victor André est le fondateur de la maison « J.-P.-V. André ». 1824-1827 André loue Brousseval. Historique de Brousseval (Société anonyme...

8 octobre 2019

33 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Fondeur

Société métallurgique du Périgord (SMP)

Fonderie C'est en 1847 que les premiers hauts fourneaux à coke furent élevés à Fumel, sur le Lot, par la Société Benoist d'Azy, Drouillard et Léon Valès. Ils...

2 octobre 2019

109 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

557 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE