Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Lavoir – Caylus

Informations :

  • Code postal (en France): 82160
  • Localité: Caylus
  • Région: Midi-Pyrénées
  • Pays: France
  • Continent: Europe
  • Matériau: Mixte
  • Type d'oeuvre: Fontes de bâtiment - colonnes - tuyaux - etc
  • Morphologie: mobilier urbain
  • Année: 1922
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Dominique Perchet

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Lavoir – Caylus
Lavoir - Caylus - Image1Lavoir - Caylus - Image2
Fiche créée ou mise à jour par : le 12 juin 2010

Description:

Lavoir : pierre et superstructure en fonte

Route de Vignal

Le lavoir doit bénéficier de travaux de restauration en 2016-2017 après une enquête auprès de la population.

La particularité de ce lavoir réside dans sa couverture métallique, technique couramment employé pour les constructions publiques, en France, à partir de la fin du 19e siècle. Toutefois, à l’échelle du territoire étudié (Pays Midi-Quercy), les exemples conservés sont rares.
Quinze colonnes en fonte ornées de chapiteaux corinthiens, prolongés par des pilastres prennent appui sur le mur-bahut et supportent la charpente métallique à fermes et arêtiers cintrés. Des lambrequins en tôle ajourées, au profil cintré relient les colonnes entre elles et participent au décor. Des traces de peinture bleue, très lacunaires sont visibles ça et là. Elles corroborent les mentions du devis : “les deux dernières couches au blanc de zinc auront une teinte bleue foncée”. Au-dessus de l’entrée ouest, subsistent deux tableaux rectangulaires en tôle sur lesquels étaient inscrit “Ville de Caylus -Lavoir public”. Ils sont couronnés du blason qui portait à l’origine les armes de la ville. Le toit à longs pans et à croupes est couvert depuis l’origine de plaques ondulées de ciment amiante “éverite”. Outre les barres de fer
qui compartimentaient le bassin central et des éléments en terre cuite ornant le toit (épis de faîtage…), le lavoir conserve depuis sa construction en 1925, l’ensemble de ses aménagements et matériaux d’origine. (Source : inventaire Pays Midi-Quercy)

Historique

Auteur(s) de l'oeuvre : Nonorgues (agent voyer) ; Mourens Alfred (entrepreneur) ; Goutte (ingénieur) ; Bruneton (ingénieur) Commentaire historique : Sur le plan cadastral de 1836 figurent à l'emplacement du lavoir les arbres de la "promenade basse" ; il s'agit de l'une des deux promenades que compte alors le bourg de Caylus. En 1905, la commune envisage une modification de son système d'alimentation en eau potable. Un rapport établi par Jules Mahic, ingénieur (constructeur hydraulicien) de Bordeaux signale la vétusté et les fuites des canalisations en fonte qui amènent l'eau de la source de Notre-Dame-de-Livron au village de Caylus. Les plans associés à ce rapport figurent également la promenade basse. Le 22 janvier 1910 se déroule l'adjudication des travaux pour le projet d'adduction d'eau potable ; travaux évalués à la somme de 27.914 francs. Ce chantier, en partie réalisé par la société métallurgique du Périgord, est terminé en décembre 1911. Ce n'est qu'une dizaine d'année plus tard, en 1923, qu'un dossier (comprenant devis, cahier des charges et avant-métré) est rédigé par l'agent-voyer cantonal Nonorgues pour la construction d'un lavoir public et d'une murette sur la promenade basse. Le projet est approuvé par le préfet le 16 avril de la même année. Il est prévu que le lavoir soit alimenté grâce au réseau d'eau potable de la ville. Le devis précise que les vannes murales, bondes, grilles proviennent de la société métallurgique d'Aubrives et Villerupt (Ardennes), le calcaire smillé des carrières de Tubas (82) et le ciment Portland de la société Demarle-Lonquéty de Boulogne-sur-mer. Les travaux sont exécutés par Alfred Mourens, entrepreneur à Septfonds, pour un montant de 23.320 francs. Le Conseil municipal considère qu'il y a urgence à couvrir le lavoir public en construction ; le 1er mai 1924, l'agent-voyer Nonorgues dresse les plans, le devis estimatif et le cahier des charges de couverture du lavoir. Les ingénieurs constructeurs Gouttes et Bruneton de Castelnaudary (Aude) sont retenus le 22 mars 1925 (délibération du Conseil Municipal) pour répondre à ce nouveau projet s'élevant à 19.400 frs. Le dossier est approuvé par le préfet le 2 avril 1925. Le 27 novembre 1925, le maire de Caylus M. Andrieu, certifie dans un courrier que les travaux "du lavoir public et du hangar métallique le recouvrant" sont exécutés. D'après la tradition orale le lavoir est toujours en usage durant les années 1960. (Source : inventaire Pays Midi-Quercy)
Numéro d'identification de la fiche : M770

  

1390 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Halle au blé – Chauriat

Halle au blé rectangulaire aves 10 colonnes en fonte . peut éventuellement servir de kiosque à muisque. Elle est installée sur la Place Lafayette (anciennement...

9 septembre 2019

111 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Poteaux – Grande Galerie – Vittel

Poteaux en fonte supports de la grande galerie des Thermes de Vittel

26 août 2019

93 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Estacion Alameda Central – Santiago de Chile

Avenida Alameda del Libertador Bernardo O'Higgins, entre les Avenida Exposición et calle San Francisco de Borja.

18 novembre 2018

343 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE