Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Architecte

GUIDETTI

Informations :

  • Nationalité: Française
  • Activité: Architecte

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 22 mai 2014

Description:

La famille Guidetti : le père Étienne et ses deux fils Pierre Paul Louis (aîné) et Louis Auguste.

Étienne Sylvestre Guidetti, architecte, est né à Nice le 28 avril 1844. Il épouse Louise Lilia Trevenec, née à Brest le 28 avril 1857.

Il a beaucoup voyagé pour ses travaux : Brest, Meulan, Toulon, Corse, Tunisie…

Il est appelé à « représenter la France » en 1890, à travers l’entreprise Hersant et les travaux du Pirée, qui le feront rencontrer des ministres et des souverains. C’est à cette période, lorsque ses fils ont une dizaine d’années, qu’il ressent le besoin de régulariser sa nationalité française (et de fait, celle de ses fils). En effet, à cette période, Nice ainsi que tout le comté de Savoie, sont Piémontais.

Ses principaux travaux en Grèce sont :

  • Le port du Pirée pour Hersant
  • Des travaux de chemin de fer pour la réalisation desquels une société sera constituée avec notamment MM. Raspini (Grec) et Petitmermet (Suisse).

En 1910, Étienne et Lilia Guidetti ont une position enviable à Nice et brillante en Grèce ; les deux fils ont fait de brillantes études et de bons mariages, ils sont bien orientés professionnellement et, chose très exceptionnelle pour un père, ses deux fils ont pris en tenaille sa profession de constructeur : l’un du côté artistique et l’autre du côté technique.

 

Les frères Guidetti :

Pierre Paul Louis Guidetti est né en 1878 à Toulon, décédé en 1927 (à Paris ?). Il a épousé Marie Ledoux le 26 septembre 1908 à La Valette, île de Malte.

Dès l’enfance, Pierre avait manifesté à la fois une franche aversion pour l’école et une vive passion pour le dessin et la peinture. Cela l’a conduit aux Arts décoratifs à Nice (villa Arson), puis aux Beaux-Arts à Paris, ne sachant pas très bien si sa vocation était la peinture ou l’architecture.

Architecte de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (1900).

Aux Beaux-Arts, en 1900, la sélection la plus sévère se fait en fin d’études, après le diplôme, par le prix de Rome, un grand concours très difficile puisqu’on ne retient dans chaque discipline (peinture, sculpture, gravure, architecture) qu’un ou deux candidats. Les architectes ainsi sélectionnés deviennent architectes du gouvernement attachés à l’État comme les Mansart ou Gabriel l’étaient au Roi.

C’est le prix de Rome que Pierre Guidetti va briguer et préparer avec acharnement. Ayant échoué de justesse (il termine second), il est désemparé. Il est tenté de redevenir peintre, et dans cet esprit il concourt avec succès à des bourses de voyages, et à des expositions (Salon des artistes français), tout en participant à des grands concours d’architecture. Il a de brillants succès mais ne construit pas. C’est que, l’architecte étant responsable, la construction ne lui est confiée que s’il en a les moyens matériels, s’il offre des garanties à l’échelle de l’œuvre à accomplir. À ce point de vue, c’est en Grèce, grâce à son père, qu’il est le mieux placé.

Louis Auguste Guidetti est né le 11 août 1881 à Brest, décédé après 1928

Il est ingénieur de l’École polytechnique, de la promotion X 1902 et officier du Génie.

 

À la sortie de la guerre, un camarade de guerre de Pierre, séduit par la qualité du tandem formé par Pierre et Louis, va leur apporter la caution financière qui leur manquait. Cela provoque rapidement la démission de Louis de l’armée et la création d’une équipe brillante qui peut, appuyée par cette caution, s’attaquer à la reconstruction des régions libérées. Cette équipe est composée de : Paul Bigot (architecte du Gouvernement, grand prix de Rome Architecture 1900), Pierre Guidetti (architecte), Louis Guidetti (ingénieur), Ernest Portier.

La cheville ouvrière de cette équipe, c’est le tandem composé des deux frères, qui s’installera au 45 rue Saint-André-des-Arts, Paris VIe.

Le tandem ne cessera de présenter de grands concours. Pierre Guidetti recrée rue Saint-André-des-Arts l’ambiance d’atelier de l’École des beaux-arts, qui est à 5 minutes, avec des étudiants, candidats au prix de Rome, qui viennent se perfectionner en travaillant pour lui. Ce sont des équipes souvent très brillantes qui seront ainsi constituées (surtout pour le dernier concours, celui de la Société des Nations) et qu’il animera. Il a enfin son grand Atelier d’architecte, comme les professeurs des Beaux-Arts.

Louis Guidetti se chargera du contrôle des chantiers, des relations avec les entrepreneurs, les metteurs, les comptables, les impôts… ; ce qui ne l’empêchera pas de contribuer à la conception. L’ouvrage de Véronique Thuin-Chaudron y fait référence.

La Première Guerre mondiale éclate, ils feront la guerre tous les deux, mais Pierre va être gazé et sa santé très détériorée. Il mourra prématurément en 1927, et Louis continuera l’œuvre commune seul.

Réalisations :

Concours publics

  • 1912 – 1er prix – Palais de justice d’Athènes – (Pierre seul) avec Nicodoulis
  • 1912 – 2e prix – Lycée de Nice – avec Grisolia
  • 1912 – 1er prix – Salle des fêtes de Clichy + Construction
  • 1913 – 4e prix – Hospices de Thonon-les-Bains – C’est aujourd’hui le Tribunal de Grande Instance de Thonon-les-Bains
  • 1913 – 1er prix – Asile d’Aliénés de Poitiers
  • 1913 – 2e prix – Abattoirs de Montpellier
  • 1914 – Primé – Abattoirs de Béziers
  • 1914 – 1er prix – Prisons d’Athènes – (Pierre seul) avec Nicodoulis
  • 1919 – 2e prix – Monuments aux morts de Nice
  • 1920 – primé – Palais des expositions agricoles de Paris
  • 1921 – 1er prix – Reconstruction des Régions Libérées + construction
  • 1921 – 2e prix – Groupe scolaire de Suresnes
  • 1921 – 2e prix – Groupe scolaire d’Arras
  • 1922 – 3e prix – Abattoirs de la Villette à Paris
  • 1923 – 3e prix – Hôpital et École de Médecine du Caire (Égypte)
  • 1923 – primé – Exposition du Mans
  • 1923 – 1er prix – Cimetière de Clichy + Construction
  • 1923 – 1er prix – Groupe scolaire de Clichy + Construction
  • 1923 – 1er prix – Groupe d’HLM de Paris, Porte de Saint-Cloud + Construction
  • 1924 – 1er prix – Décoration du pont de la Tournelle, Paris + Construction
  • 1925 – 1er prix – Exposition de la Houille Blanche à Grenoble + Construction
  • 1926 – primé – Palais des Nations à Genève (siège de la Société des Nations)
  • 1928 – 1er prix – Compagnie auxiliaire de navigation à Paris, 48, rue de la Bruyère + Construction
  • 1929 – 1er prix – Sanatorium de Parigné-l’Évêque (Sarthe) + Construction
  • Non daté – primé – Ministère de la Marine (Paris)
  • Non daté – primé – Hôtel de la préfecture de Paris
  • Non daté – primé – Hôpital Dufresne Haute-Savoie
  • Non daté – primé – Plan d’aménagement de Chauny

Travaux effectués

  • Maison municipale et salle des fêtes de Clichy
  • Cimetière de Clichy
  • Palais de l’Exposition internationale du Mans
  • Palais de la Houille Blanche (Exposition de Grenoble)
  • Porte Victor-Emmanuel-III à l’exposition des Arts décoratifs à Paris
  • Groupe d’immeubles (HLM) Porte de Saint-Cloud (1923-1927) – 536 logements
  • Pont de la Tournelle à Paris
  • Reconstructions en “Régions libérées” (bâtiments communaux et immeubles mis en coopératives). En association avec MM. Bigot et Portier. Fargniers, Quessy, Condren (villages pratiquement rasés par les bombardements de la gare de triage de Tergnier-St-Gobain). Blerancourt, St-Aubin, Selens, Trosly-Loire, Guny, Pont-St-Mard, Vassens, Coucy-le-Château, Querzy, Bichannourt, Autreville. Ces travaux de reconstruction se sont achevés en 1932-33. Voir sur ce sujet le livre de M. Hericault : Terres assassinées devant les dévastations (1914-1933).

Groupe d’immeubles de la Porte de Saint-Cloud (HLM)

À la sortie de la guerre, la crise du logement dans l’ensemble de la France était effroyable, à l’échelle des destructions. L’afflux à Paris de travailleurs et de réfugiés de toutes sortes était considérable.

Paris était entouré de fortifications datant du XIXe siècle et devenues sans objet. Ces fortifications comprenaient des forts (territoires militaires) et des intervalles. Ces intervalles – zones non aedificandi – se sont couvertes dès la fin de la guerre de bidonvilles, refuges pour la misère, les épidémies et la délinquance.

Face à ces deux problèmes, la solution a été de réaliser rapidement autour de Paris, sur cette zone, une ceinture d’immeubles modestes mais présentables. Cette solution s’est heurtée à de nombreuses difficultés juridiques, techniques, financières… et architecturales. Les solutions architecturales ont été mises en concours, et c’est dans ses grandes lignes la solution Guidetti qui a été choisie par la Ville, adoptée et programmée pour l’ensemble des HLM entourant Paris. Seul le groupe de la Porte de Saint-Cloud a été effectivement réalisé par les Guidetti ; mais c’est leur solution qui a été généralisée par la Ville.

Pont de la Tournelle

C’est la décoration (et non la structure) du pont qui est mise au concours. Le maître d’œuvre n’est pas l’architecte, ce sont les Ponts-et-Chaussées ; c’est pour cette raison que l’on emploie le terme « décoration ».

La problématique était la suivante :

  • Le site est magnifique, c’est l’un des plus beaux de Paris
  • C’est l’un des passages les plus difficiles de Paris pour la navigation (un train de péniche ne se manie pas aisément). Les péniches venaient régulièrement heurter une pile ou se mettre en travers. C’est ainsi que le pont, une fois de plus, avait été emporté, remplacé par une passerelle en bois et la navigation détournée par l’autre bras de la Seine. Il était urgent de rendre ce bras à la navigation… sans gâcher le site.
  • Le béton armé permettait de faire une arche maîtresse satisfaisante pour la navigation. C’était la solution technique retenue par les Ponts-et-Chaussées, encore fallait-il l’habiller et l’inclure dans le paysage – ce qui fut mis au concours.

Du point de vue architectural, les deux problèmes sont différents : le raccordement aux berges et le revêtement du béton (très mal résolu à l’époque).

Le site est dissymétrique : d’un côté Paris (Lutèce), de l’autre la petite île Saint-Louis. Les rives sont basses et assez rapprochées, même avec sa mince voute, le pont accuse un « dos d’âne » prononcé. Le parti adopté cherche à accuser la dissymétrie au lieu de l’estomper. Quant au revêtement, la pierre de taille a été choisie, ce qui conduit tout naturellement à substituer la voûte au béton armé pour les raccordements.

La solution est donc hybride, ce qui n’a pas manqué d’être dénoncé comme une hérésie par les architectes théoriciens. C’est un modèle de pont inédit, œuvre d’art adaptée au site et à l’époque : c’est à Paris le premier ouvrage d’art en béton armé et le dernier en pierres de tailles appareillées.

Les architectes, ont travaillé à l’inclusion de l’ouvrage dans le paysage. Vu d’amont, son harmonie avec la cathédrale Notre-Dame de Paris est saisissante… Le mât tripode, rappel de Notre-Dame, adopté pour marquer la rive parisienne, vient sans doute de Pierre Guidetti. L’idée d’y percher Sainte Geneviève en vigie veillant sur Paris (symbolisée dans ses armes par un bateau) vient de Louis Guidetti… ce n’est pas surprenant, ce pont mène droit à l’École Polytechnique, à la Montagne Sainte-Geneviève, à Lutèce.

Le pont s’est achevé après le décès de Pierre Guidetti. Au moment de l’érection de la statue il y a eu une polémique dont la presse s’est emparée, entre l’architecte Louis Guidetti et le sculpteur Paul Landowski (prix de Rome, membre de l’Institut) qui aurait voulu qu’elle soit tournée dans l’autre sens, comme un autel au pied duquel on vient prier.

Complément

Les frères Guidetti

Sources et liens externes

Sources : Dictionnaire Bénézit, dictionnaire Lamy, Les bronzes du XIXe siècle, dictionnaire des sculpteurs (Kjellbert Pierre, les Éditions de l’amateur, Paris, 1996), L’univers des bronzes (Devaux Yves, Éditions Pygmalion, Paris, 1978), L’âge de la fonte (Renard Jean-Claude, Les éditions de l’amateur, Paris, 1985), Wikipédia.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

1459 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Architecte

ESPÉRANDIEU

Henri Jacques Espérandieu, né à Nîmes, dans une famille protestante, le 22 février 1829 et mort à Marseille le 11 novembre 1874, est un architecte français. Il ...

6 octobre 2023

248 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Architecte

GAUD

Architecte né à Paris en 1880 et décédé le 6 juillet 1952. Agence au 18 avenue du Général Ruby à Châteauroux (Indre) au sein de laquelle il est associé avec ...

20 septembre 2023

285 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Architecte

GRELIER

Architecte - Agence au 18 avenue du Général Ruby à Châteauroux (Indre) au sein de laquelle il est associé avec Edmond Gaud. Fils de Charles Auguste Victor Eu...

20 septembre 2023

287 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE