Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

GUÉNOT

Informations :

  • Prénom: Auguste
  • Nationalité: Française
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né à Toulouse 25 octobre 1882 - Décédé à Versailles le 25 avril 1966

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 7 mars 2018

Description:

Les jeunes années

Sa mère, Clarisse Collet, est couturière, son père Louis, maître ébéniste. L’enfant révèle des dons précoces. Il commence son apprentissage dans l’atelier paternel et se perfectionne chez divers artisans. Le 8 octobre 1895, à treize ans, il est inscrit à l’École des beaux-arts. Le jeune élève est éduqué par Jean Rivière dont l’enseignement est riche et moderne. Il excelle dans la taille sur bois et aime travailler le meuble. Il s’adonne aussi aux autres arts enseignés, comme le dessin ou la peinture, et il les pratiquera sa vie durant.

Sa dernière année d’études accomplie, il se rend fin 1899 à Paris. Il ne va pas aux Beaux-Arts, mais il fait la connaissance du sculpteur Joseph Bernard, adepte de la taille directe.

 

L’entrée dans la carrière

De retour à Toulouse, exempté du service militaire à cause d’un accident, Guénot montre à l’Union Artistique de petits sujets en bois d’inspiration sociale. Le 15 février 1905, il signe avec l’architecte Raoul Castan l’acte de naissance de la Société des Artistes Méridionaux créée par de jeunes artistes voulant se libérer de la tutelle parisienne et désirant faire connaître leurs œuvres caractéristiques d’un art méridional. En mai 1906, Guénot est présent au premier Salon de la SAM. Il réalise avec son condisciple Castan des meubles aux lignes sobres, originales, et expose des figurines remarquées pour leur lyrisme. Encouragé par cet accueil, il fait un envoi au Salon d’Automne à Paris.

Au cours des années suivantes, l’artiste propose aux Salons des Méridionaux de nombreux bustes dont ceux de ses amis Oury, Castan, Alet ou Marcel-Lenoir ainsi que des figures qui mêlent émotion plastique et préoccupation intellectuelle. Après la grève, Cheminot, Ouvrière, Midinettes ou Le Débardeur au modelage noueux, à la matière tourmentée évoquant l’usure de l’homme de peine. Le musée du Vieux-Toulouse l’achète en 1909. Un 4e Salon consacre Guénot aux yeux du public toulousain avec un monument à la mémoire du peintre.

Malgré ce désir d’Occitanie qu’il a témoigné en créant la SAM, Guénot est fermement décidé à ne pas se ranger parmi les artistes régionaux et part en famille pour Paris fin 1919.

C’est au Salon des Indépendants de 1921 que le sculpteur commence à s’imposer avec quelques figures quart-nature exécutées en bois, « jeunes déesses dont les têtes graciles s’allient harmonieusement avec la fraîche ampleur des hanches et du torse ». Très remarquée, une Jeunesse à la draperie d’une grande élégance lui offre une rapide notoriété. Son hymne à la beauté féminine séduit les amateurs d’art. Les grands critiques et historiens louent le travail de l’artiste « qui ne sacrifie pas aux défaillances de la mode », « qui résiste à Rodin et ne dépend de personne ». Sa Nausicaa « à la grâce singulière », sa Marie-Madeleine « d’une émouvante religiosité » captivent l’attention des admirateurs qui « disputent à l’État son Torse de jeune fille aux formes sobres, simples, délicieuses ».
L’année suivante il participe, galerie Barbazanges, à la première exposition de La Douce France qui groupe dix sculpteurs dont Joachim Costa, Pompon et Zadkine. Ils prônent la taille directe qui signe un retour aux sources de l’art français. Aux côtés d’une Faunesse de marbre, Guénot présente un Jeune Bacchus, une Jeunesse et Tête de femme, des bois précieux qu’il aime tant travailler. Il est à l’aise dans cette pratique, sans repentirs ni reprises, et en apprécie la rigueur qui convient bien à sa maîtrise du métier.

 

Les monuments commémoratifs

Dans ces années d’après-guerre, des monuments aux morts sont érigés dans toutes les communes. En 1919, Guénot sculpte le haut-relief d’un Poilu classique pour Damiatte dans le Tarn. En 1921, c’est le buste en hermès d’un fier combattant, Le Guerrier vainqueur, que l’on retrouve à Moncrabeau, en Haute-Garonne, à Montredon et à Saint-Félix-de-Lauragais (le village de Déodat de Séverac), ainsi qu’en Charente-Maritime à Recouvrance. Ce n’est pas le buste d’un Poilu. Il a bien un casque, mais il est lauré. Guénot sait qu’une belle tête aux traits énergiques perpétue bien mieux le souvenir de nos soldats que le portrait exact avec musette et fusil. Il s’en inspire, en 1923, pour le visage d’un robuste Soldat debout à Nérac.
Le souci de célébrer la perfection du corps humain est une constante chez l’artiste. Le monument aux Combattants, l’étonnant mémorial qu’abrite le village de Mas-Grenier dans le Tarn-et-Garonne en est un parfait exemple.

 

Grands Salons et achats officiels

Remarqué par la critique et les amateurs, le sculpteur est accueilli dans tous les grands Salons parisiens des Tuileries, des Indépendants ou celui d’Automne, chez les Artistes décorateurs ou à la Société nationale. Il participe aux Expositions internationales d’art décoratif, à l’Exposition coloniale de 1931, à l’Exposition universelle de 1937. Il est présent en Belgique, en Allemagne. Il expose avec ses amis Pompon, Despiau, Bernard, Maillol ou Bourdelle. Il va édifier son œuvre autour de l’inépuisable thème de la Femme qu’il glorifie à travers son art fait de lignes pures et parfaites.

Longue serait la liste des œuvres – près de 150 sont répertoriées – qui naissent sous ses doigts. Les plus remarquées :

  • la Léda en bois corail d’un étrange rouge sombre
  • La Baigneuse aux contours jeunes et déliés en bois citron
  • deux marbres aux rondeurs souples et fluides, Jeune fille assise et Jeune fille accroupie
  • la Grande baigneuse aux lignes calmes et amples
  • la Jeune fille à l’écharpe en acajou de Cuba daté de 1945
  • Le Discobole, une sculpture grandeur nature dont le plâtre se trouve dans les réserves du musée des Augustins.

Les plus magistrales font l’objet d’achats par les institutions publiques telle La Bacchante à l’enfant, un groupe d’acajou doré « moderne et classique à la fois », présenté au Salon d’Automne en 1921. Acheté par le musée du Luxembourg, il sera déposé en 1952 au musée Denys-Puech à Rodez. En bronze, il est acquis en 1925 par le musée Royal de Bruxelles et en 1933 par la ville de Paris. Guénot aime cette statuette. Il en conserve un tirage que l’on retrouve sur une de ses peintures Nature morte au téléphone. L’œuvre peinte de Guénot est modeste mais constante, surtout lorsque l’âge venant, sculpter lui est moins facile. L’État achète régulièrement les créations du sculpteur pour le Petit Palais, le musée du Luxembourg ou, en 1925, pour la mairie du 5e arrondissement. Le Tailleur de pierre, un bronze présenté à l’Exposition internationale des arts décoratifs où il reçoit le premier prix, orne aujourd’hui la salle des mariages de cette mairie inscrite à l’inventaire des monuments historiques pour la richesse de sa décoration. On trouve aussi au musée de Mont-de-Marsan une Jeune fille debout pleine de charme, au musée des Années trente de Boulogne-Billancourt L’Adolescent à la grappe fuselé et nerveux, et, dans la salle des fêtes de Saint-Affrique en Aveyron, une belle Jeune femme et enfant, un bronze d’une grâce admirable provenant des réserves du Louvre.

 

Galerie et collections privées

Parallèlement, les galeries parisiennes Eugène Printz, Druet ou Zak s’ouvrent à Guénot. Il expose à Bruxelles, à Munich, revient à Toulouse à la galerie Chappe-Lautier, participe au 12e Salon des Artistes Méridionaux qui s’associent à l’Exposition d’art moderne des artistes latins de 1921, au Palais des arts. Il retrouve ses condisciples de la SAM pour l’Exposition des artistes toulousains au musée Galliera à Paris en 1932. Il y montre une Baigneuse en terre cuite et une Flore en moabi.
Nombre de ces sculptures se trouvent aujourd’hui dans des collections privées en France ou à l’étranger. Certaines réapparaissent via Internet. Des collectionneurs français, mais aussi anglais, américains, canadiens, singapouriens se portent acquéreurs de pièces parfois rebaptisées, tel ce bronze qui s’internationalise en Nude girl. L’artiste travaille la pierre et le marbre pour ses œuvres monumentales. Protégé par sa science du métier, il manie aussi la glaise malgré le danger de facilité qu’elle porte car ses possibilités sont infinies en particulier pour les travaux en bronze et parce qu’elle conserve « le jeu émouvant produit par le travail de la main dans la terre ». Mais il garde une prédilection pour le bois et aime tailler les essences exotiques, les bois citron, satin ou corail, l’ébène ou le quebracho, affirmant ainsi son goût pour l’artisanat.
Il n’abandonnera jamais le meuble qu’il présente dès ses premières expositions. Créateur ou décorateur, il produit régulièrement du mobilier en collaboration avec les ébénistes Montagnac ou Printz ; avec son ami des Beaux-Arts, Antonin Cazelles, il réalise pour le Salon d’automne de 1947 un bahut sculpté ; on le retrouve aussi sur le stand de la maison toulousaine Salles et cie avec un mobilier « qui séduit par ses qualités d’harmonie et d’élégance linéaire ».

 

Commandes publiques

C’est grâce aux commandes officielles que nous pouvons contempler l’héritage de ce sculpteur prolifique. Anecdotiques ou ornementales sont les décorations de piliers de La Coupole à Paris (en compagnie d’autres artistes qui ont pu, leur vie durant, consommer gratuitement !), ou celles du paquebot Normandie, vitrines de l’art français des années trente.
Cependant, en 1924, la commande du théâtre de Marseille revêt une tout autre importance. Elle va compléter la décoration du grand foyer ravagé par un incendie en 1919. L’artiste reprend le thème exquis de la jeunesse jouant avec l’enfance, Jeu de l’amour et La Danse, deux groupes de bronze grandeur nature « dont le charme, dit-on, rappelle Botticelli ». Ces deux figures, aux lignes pures et gracieuses, se font face, opposant les gestes de la jeune mère guidant les premiers pas de son enfant.
À Paris, pour le jardin des Poètes dans le 16e, il signe le monument à Joachim Gasquet, poète aixois ami de Cézanne. Il évite le costume provençal, et c’est une muse de pierre au modelé soyeux qui vient évoquer aussi bien la poésie que l’immortalité. En 1931, il conçoit à Guéthary un bas-relief tout palpitant de vie pour le poète des Contrerimes, Paul-Jean Toulet. Sollicité pour rendre un hommage à Léopold Bordes, il réalise un bas-relief qui sera apposé sur la maison du Gascon à Moncrabeau. Il sculpte dans un grand médaillon le profil de son ami. C’est le dernier hommage de ses élèves et de ses camarades des Veillées.
En 1939, la municipalité du 15e arrondissement lui commande, pour le square Saint-Lambert qu’elle vient d’édifier, un bas-relief monumental consacré à La Jeunesse. Une guirlande d’enfants court aux pieds des trois Grâces centrales, équilibrées par une danseuse et une musicienne. Le jeu subtil des corps de deux pâtres antiques anime la scène.
Il travaille aussi des sujets religieux. À Paris, l’église de Saint-Merri abrite un bois La Religion et celle de Saint-Ferdinand III, un bas-relief monumental. Dans l’Eure, un curieux Christ bâillonné et un Saint-Antoine de Padoue se retrouvent dans l’église de Saint-Hélier à Beuzeville.
Guénot atteint l’acmé de sa vie professionnelle avec sa Nymphe qui orne, avec trois autres sculptures, le parvis du Palais de Tokyo, aujourd’hui musée d’Art moderne de Paris. C’est en 1937 que l’État commande, pour l’Exposition internationale des arts et techniques, douze sculptures qui viendront entourer le miroir d’eau central. Seules sont restées en place celles de Léon Drivier, de Louis Dejean et de Guénot, sans doute la plus aboutie. Habillée d’une lumière blonde qu’aucun détail ne vient heurter, elle s’abandonne dans une pose gracieuse soulignée d’une draperie légère. L’art raffiné du sculpteur est en opposition avec le style géométrique de l’esplanade et ce contraste enrichit l’émotion artistique.

 

Il ne manque plus à sa glorieuse couronne que d’avoir enfin une œuvre à Toulouse. C’est au Jardin Royal qu’en 1952 « pour Déodat de Séverac, l’enchanteur Guénot fait danser la pierre » titre E.-H. Guitard dans La Dépêche. Le 8 décembre, l’Occitanie rend un émouvant hommage à ses deux enfants en inaugurant le monument à la mémoire du compositeur.

Quatre ans plus tard, l’artiste obtient une commande de l’Hôtel-Dieu. C’est L’Accident du travail, un groupe en pierre qui reviendra plus tard à l’État. Moderne Descente de Croix, cette sculpture à la gloire des ouvriers est poignante, toute blessée de diagonales, et bien dans la lignée des idées de Guénot qui a toujours mis sur un pied d’égalité la plus modeste création de l’artisan et la plus haute spéculation de l’artiste.

À la disparition de son épouse, en 1956, il va passer le plus clair de son temps chez sa fille, à Versailles, entrecoupé de séjours à Toulouse où habite son fils, place Commerciale à Jolimont. La maison de campagne de sa fille à La Hauteville dans les Yvelines lui offre aussi un grand espace pour poursuivre son œuvre. Là sont nés le Buchenwald, Le Christ bâillonné ou le Saint-Antoine de Padoue. Jamais l’acte créatif ne le quittera.

 

Les honneurs

Sa personnalité indomptable, son caractère entier ne lui facilitent pas les relations professionnelles. Ils font mauvais ménage avec la diplomatie qu’exigent les rapports sociaux ou politiques et le tiennent loin de la notoriété d’un Maillol ou d’un Bourdelle aux côtés desquels il a pourtant toujours exposé. Incapable de soumission devant la mode, la critique ou le marché de l’art, Guénot ne veut devoir des honneurs qu’à son seul travail. Lorsque lui viennent les lauriers, il les accepte avec un respect doublé de légèreté comme en témoigne la lettre lui annonçant, en 1932, sa nomination au rang de Chevalier de la Légion d’honneur retrouvée ornée d’esquisses. Il sera élevé ensuite au grade d’Officier. En 1947, Toulouse lui réserve une place de membre associé dans son Académie des Arts. Il sera élu au siège du sculpteur André Abbal au décès de ce dernier, en décembre 1954.
Après une existence entièrement consacrée à l’art, Guénot referme la boucle de sa vie en confiant quatorze sculptures à sa terre natale. En septembre 1965, le conservateur des Augustins assure « que ses œuvres seront montrées dans une des quatre salles que le musée s’engage à consacrer aux artistes méridionaux » et annonce qu’il « prépare pour l’hiver une rétrospective de Guénot, Maillol et Bourdelle ». L’exposition n’aura jamais lieu, les œuvres jamais présentées. Le sculpteur a pourtant choisi avec soin son envoi, condensé de sa vie professionnelle. Ses créations, certaines monumentales, s’échelonnent de 1919 avec La Porteuse d’eau et la Jeunesse à la draperie qui lui a ouvert la voie du succès, jusqu’à la maquette du Déodat de Séverac et la Nausicaa de 1953, ainsi que des bustes de ses amis occitans. Elles dorment désormais dans les réserves. Guénot profite du transport pour envoyer au musée de Narbonne six plâtres dont la fameuse Bacchante à l’enfant.

Il s’éteint à Versailles le 25 avril 1966 et repose auprès de son épouse à La Hauteville. Une rue et une impasse égrènent encore son nom à Toulouse.

 

Numéro d'identification de la fiche : 9225a9fc5e64a4fc

 

245 vues au total, 2 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Sculpteur

RÈVE

Peintre et sculpteur, il fut l'élève de Perceval à Reims. En 1844, 1845 et 1849, il exposa au Salon de Paris. Professeur de dessin au Lycée de Reims, ou de n...

26 novembre 2018

50 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

Wallgren

D’origine finlandaise, le sculpteur prit la nationalité française en 1902. Il est un des plus importants représentants nordiques de l'Art nouveau. En 1877, à...

3 novembre 2018

167 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Sculpteur

PEKLE

Sculpteur méconnu du grand public, Jean-Mathieu Pekle (1868-1956) figure parmi les principaux artistes corses de la première moitié du 20e siècle. Fils de négoc...

2 octobre 2018

92 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE