Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Nomen

GRIFFOUL

Informations :

  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 20 septembre 2016

Description:

Fondeur au sable.

 

Jean-Baptiste GRIFFOUL

Dates : actif avant 1881

Adresse : 6 passage Dombasle, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

 

De 1867 à 1876, l’atelier de fonderie du 6 passage Dombasle, qui est équipé de deux petits fours, puis d’une étuve à partir de 1873, est occupé par Achille Roger, dit Royer, qui y emploie dix ouvriers. Cet atelier est repris, avant 1881, par Jean-Baptiste Griffoul.

 

FRANÇOIS RUDIER, GRIFFOUL ET Cie

Dates : activité : 1881-1882

Adresse : 41 rue Vavin, Paris VIe (quartier Notre-Dame des Champs)

 

À partir de 1881, Griffoul loue un appartement d’habitation au 41 rue Vavin. Le fondeur François Rudier y occupe déjà un atelier depuis 1877. Les deux hommes s’associent dans le courant de l’année 1881. Le siège de leur activité est le 41 rue Vavin.

Ils travaillent pour Rodin sous le nom de « François Rudier, Griffoul et Cie », l’en-tête précise : « Fondeurs en cuivre – Orfèvrerie – Or et Argent – Moulage à façon – Plâtres, cires, terres cuites. » Les bronzes livrés à Rodin ne portent pas leur signature. Leur collaboration cesse rapidement.

 

GRIFFOUL ET LORGE (voir Lorge)

Dates : activité : 1882-1894 (mort de J.-B. Griffoul)

Adresse : 6 passage Dombasle, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

 

Cachet : ovale

GRIFFOUL & LORGE

FONDEURS

A

PARIS

6, PASSAGE DOMBASLE

 

Griffoul s’associe en décembre 1882 à un autre fondeur en cuivre, Jean-Nicolas Lorge. Ils s’établissent dans les locaux que Griffoul a gardés rue Dombasle. Ils passent aussitôt des annonces dans le bottin du commerce à la rubrique « fondeurs en cuivre ».

De juin 1887 à 1894, ils travaillent énormément pour Rodin (105 pièces).

L’en-tête des factures annonce une « fonderie de cuivre, bronzes d’art et d’ornement d’église, plâtre, cires, terres cuites ». À partir de 1889, ils proposent également de la fonte d’argent et en 1890, des bronzes mécaniques.

Cette société est dissoute vers la fin de l’année 1894. La succession de Griffoul est prise par son fils Auguste.

 

Auguste GRIFFOUL et Cie

Dates : (1895) 1898-1899

Adresses :

– 25 rue Aumaire (actuelle rue Vitruve), Paris XXe (quartier Charonne), activité : 1895-1897.

– 26 rue Aumaire (actuelle rue Vitruve), Paris XXe (quartier Charonne), activité : 1897-1899.

 

À la mort de son père, en 1894, son fils Auguste est dans un dénuement extrême. Il reprend probablement, 25 rue Aumaire, les locaux de Tassel (voir Tassel), fondeur d’art qui s’installe alors rue vieille du Temple.

Il conserve, quoiqu’à un rythme moins intense, la clientèle de Rodin. Il fond un Penseur en 1896. Il fonde en 1898 la société Auguste GRIFFOUL et Cie, associé à un autre fondeur peu prospère et probablement trop âgé pour continuer à travailler : Mercher. L’objet de la société est d’exploiter une « petite fonderie de bijouterie et d’orfèvrerie ». La fonderie est déménagée au 26, rue Aumaire (où Mercher était installé auparavant), en face du 25. Griffoul n’a pas d’ouvrier. Sa correspondance avec Rodin n’est qu’une succession de demandes de règlements rapides ou d’acomptes.

Face à ces difficultés, il choisit finalement l’exil et part aux États-Unis au début de septembre 1899. Le fondeur pour bijoutiers et orfèvres Alexandre Caillon lui succède dans les ateliers de la rue Aumaire.

 

GRIFFOUL & BROS Co. FOUNDERS

Dates : activité, vers 1912 – ??

Adresse : 280-286 Chesnut Street, Newark (New Jersey, États Unis)

 

Pendant un an, il écrira à Rodin pour lui faire part, d’abord, du mauvais goût américain, le remercier de sa recommandation, lui proposer enfin de redevenir son fondeur et de le vendre aux États-Unis. Rodin ne donnera pas suite (mais il aidera une Alice Griffoul, fille ou petite-fille de Jean-Baptiste qui est dans la détresse).

Sources et liens externes

Sources : 1) DEVAUX (Yves), L’univers des bronzes…, Paris,1978, p.259-260. - 2) HACHET (Jean-Charles), Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers et fondeurs, de l’Antiquité à nos jours, 2 vol., 18000 pages, 2005. Les fondeurs, tome II, p. 849-850. - 3) KJELLBERG (Pierre),Les bronzes du XIXe siècle (dictionnaire des sculpteurs), Paris, les éditions de l’amateur, 1989, p. 661. - 4) LEBON (Elisabeth), Dictionnaire des fondeurs, 2003, p. 172-174.
Numéro d'identification de la fiche : 82857e147fd6536a

 

627 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

405 vues au total, 1 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

DAMMARIE

Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui i...

23 juillet 2018

271 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

GOUGE

Diplômé des Arts et Métiers (Angers, promotion 1864), Auguste Gouge débute comme dessinateur et appartient successivement aux établissements Cail et Cie, Eiffel...

23 juillet 2018

268 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

Information à propos du contributeur

  • Publié par : Patricia
  • Membre depuis : 22 mai 2014

Autres contributions de Patricia

Plus récentes contributions de Patricia »

QR CODE