Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

GONOT

Informations :

  • Prénom: Henri
  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 1 février 2017

Description:

Henri Gonot

 

Dates : avant 1900-1905

Nationalité : française

Adresse :

145 rue de la Croix Nivert, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

Ateliers : 2 villa Gabrielle, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

 

Fils d’un charpentier prospère qui possède plusieurs adresses à Paris dont le 145 rue de la Croix Nivert. Officiellement, il s’établit d’abord comme fondeur d’or entre 1905 et 1906 reprenant comme adresse administrative celle de la Croix-Nivert que son père quitte, et installant ses ateliers dans une rue nouvellement créée, la villa Gabrielle. Il a l’autorisation d’y ouvrir ses ateliers le 1er août 1905, mais il a commencé à travailler bien avant, en juin 1900.

 

Gonot et Joret

 

Dates : 1905-vers 1911

CIRE PERDUE

 

E. Joret est un ciseleur sur métaux, installé 28 rue Violet à Paris jusqu’en 1905. Cette année-là, il s’associe à Gonot, sans rédiger aucun acte ; chacun garde sa spécificité : Gonot se présente comme le fondeur et signe seul les bronzes ; Joret cisèle. Ils semblent s’adresser essentiellement aux orfèvres, passant leurs annonces du bottin commercial à la rubrique « Fondeurs-mouleurs pour bijoutiers et orfèvres », mais on sait qu’ils démarchèrent Rodin en lui proposant des fontes à cire perdue et qu’ils travaillèrent pour lui en 1906 et 1908.

Ils se séparent, peut-être en 1912.

 

Henri Gonot

 

Dates : 1912-1913

Adresses :

145 rue de la Croix Nivert, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

Ateliers : 2 villa Gabrielle, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

CIRE PERDUE

 

Gonot signera seul les bronzes issus de la fonderie : « H. Gonot fondeur, Paris »

Le nom de Gonot disparait du bottin commercial en 1913.

 

Joret

 

Dates : 1913-1939

Adresse : 114 rue de la Convention.

CIRE PERDUE

 

Il publie ses annonces sous la rubrique « Fondeurs en bronze blanc de nickel et bronzes phosphoreux ».

À partir de 1927, on le retrouve sous la rubrique « fondeurs d’art ». Il disparait du bottin en 1940.

Sources et liens externes

Sources : 1) DEVAUX (Yves), L’univers des bronzes…, Paris,1978, p.259-260. - 2) HACHET (Jean-Charles), Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers et fondeurs, de l’Antiquité à nos jours, 2 vol., 18000 pages, 2005. Les fondeurs, tome II, p. 849-850. - 3) KJELLBERG (Pierre), Les bronzes du XIXe siècle (dictionnaire des sculpteurs), Paris, les éditions de l’amateur, 1989, p. 661. - 4) LEBON (Elisabeth), Dictionnaire des fondeurs, 2003, p. 172-174. LEBON (Elisabeth), Dictionnaire des fondeurs, 2003, p. 171-172.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

525 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

504 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

DAMMARIE

Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui i...

23 juillet 2018

315 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

GOUGE

Diplômé des Arts et Métiers (Angers, promotion 1864), Auguste Gouge débute comme dessinateur et appartient successivement aux établissements Cail et Cie, Eiffel...

23 juillet 2018

309 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

Information à propos du contributeur

  • Publié par : Patricia
  • Membre depuis : 22 mai 2014

Autres contributions de Patricia

Plus récentes contributions de Patricia »

QR CODE