Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

GONOT

Informations :

  • Prénom: Henri
  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 1 février 2017

Description:

Henri Gonot

 

Dates : avant 1900-1905

Nationalité : française

Adresse :

145 rue de la Croix Nivert, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

Ateliers : 2 villa Gabrielle, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

 

Fils d’un charpentier prospère qui possède plusieurs adresses à Paris dont le 145 rue de la Croix Nivert. Officiellement, il s’établit d’abord comme fondeur d’or entre 1905 et 1906 reprenant comme adresse administrative celle de la Croix-Nivert que son père quitte, et installant ses ateliers dans une rue nouvellement créée, la villa Gabrielle. Il a l’autorisation d’y ouvrir ses ateliers le 1er août 1905, mais il a commencé à travailler bien avant, en juin 1900.

 

Gonot et Joret

 

Dates : 1905-vers 1911

CIRE PERDUE

 

E. Joret est un ciseleur sur métaux, installé 28 rue Violet à Paris jusqu’en 1905. Cette année-là, il s’associe à Gonot, sans rédiger aucun acte ; chacun garde sa spécificité : Gonot se présente comme le fondeur et signe seul les bronzes ; Joret cisèle. Ils semblent s’adresser essentiellement aux orfèvres, passant leurs annonces du bottin commercial à la rubrique « Fondeurs-mouleurs pour bijoutiers et orfèvres », mais on sait qu’ils démarchèrent Rodin en lui proposant des fontes à cire perdue et qu’ils travaillèrent pour lui en 1906 et 1908.

Ils se séparent, peut-être en 1912.

 

Henri Gonot

 

Dates : 1912-1913

Adresses :

145 rue de la Croix Nivert, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

Ateliers : 2 villa Gabrielle, Paris XVe (quartier Saint-Lambert)

CIRE PERDUE

 

Gonot signera seul les bronzes issus de la fonderie : « H. Gonot fondeur, Paris »

Le nom de Gonot disparait du bottin commercial en 1913.

 

Joret

 

Dates : 1913-1939

Adresse : 114 rue de la Convention.

CIRE PERDUE

 

Il publie ses annonces sous la rubrique « Fondeurs en bronze blanc de nickel et bronzes phosphoreux ».

À partir de 1927, on le retrouve sous la rubrique « fondeurs d’art ». Il disparait du bottin en 1940.

Sources et liens externes

Sources : 1) DEVAUX (Yves), L’univers des bronzes…, Paris,1978, p.259-260. - 2) HACHET (Jean-Charles), Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers et fondeurs, de l’Antiquité à nos jours, 2 vol., 18000 pages, 2005. Les fondeurs, tome II, p. 849-850. - 3) KJELLBERG (Pierre), Les bronzes du XIXe siècle (dictionnaire des sculpteurs), Paris, les éditions de l’amateur, 1989, p. 661. - 4) LEBON (Elisabeth), Dictionnaire des fondeurs, 2003, p. 172-174. LEBON (Elisabeth), Dictionnaire des fondeurs, 2003, p. 171-172.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

591 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

ANDRÉ

Jean-Pierre-Victor André est le fondateur de la maison « J.-P.-V. André ». 1824-1827 André loue Brousseval. Historique de Brousseval (Société anonyme...

8 octobre 2019

87 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Fondeur

Société métallurgique du Périgord (SMP)

Fonderie C'est en 1847 que les premiers hauts fourneaux à coke furent élevés à Fumel, sur le Lot, par la Société Benoist d'Azy, Drouillard et Léon Valès. Ils...

2 octobre 2019

245 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

610 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE