Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Fontaine Saint-Bouin – Grande rue – Saint-Mards-en-Othe

Informations :

  • Sculpteur 1: LÉVÊQUE
  • Fondeur: QUESNEL
  • Adresse ou lieu-dit: Grande rue
  • Code postal (en France): 10160
  • Localité: Saint-Mards-en-Othe
  • Département: 10 - Aube
  • Région: Champagne-Ardenne
  • Pays: France
  • Continent: Europe
  • Latitude: 48.172704
  • Longitude: 3.800184
  • Matériau: Bronze
  • Type d'oeuvre: Fontaines et vasques
  • Morphologie: fontaine
  • Année: 1844
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Photos du net

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fontaine Saint-Bouin – Grande rue – Saint-Mards-en-Othe
Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image1Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image2Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image3Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image4Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image5Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image6Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image7Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image8Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image9Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image10Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image11Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image12Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image13Fontaine Saint-Bouin - Grande rue - Saint-Mards-en-Othe - Image14
Fiche créée ou mise à jour par : le 7 juillet 2022

Description:

La fontaine se trouve au centre de Saint-Mards-en-Othe, Grande rue. Elle fonctionne encore et témoigne de la distribution d’eau de source mise en place dans ce bourg rural en 1844.

Inscriptions

Les noms des commanditaires, ceux des artistes et des artisans ayant participé à l’érection du monument, ainsi que l’année de sa fondation (MDCCCXLIC).

Description de l'objet

Le bassin de la fontaine est utilisé comme abreuvoir et comme lavoir. Ces fonctions utilitaires ne lui ôtent pas ses qualités ornementales. Octogonal et en pierre de taille, il est entouré d’une marche circulaire et de huit bornes de pierre distribuées en regard des angles du bassin qui mesure 70 cm de hauteur. En son centre, un massif de pierre carré supporte la vasque. Les noms des commanditaires, ceux des artistes et des artisans ayant participé à l’érection du monument, ainsi que l’année de sa fondation (MDCCCXLIC), sont inscrits dans le métal qui recouvre ses flancs. Le centre du massif est occupé par une colonne ornée de feuillages qui porte la vasque. Ses angles sont ornés par quatre dauphins qui émettent chacun deux jets d’eau. Un garçon porteur d’un dais, occupe le centre de la vasque. Un jet jaillit au sommet du dais et répand son eau sur le pourtour. L’eau contenue dans la vasque est évacuée dans le bassin par les bouches logées dans le bec de quatre colombes et de quatre dragons volants qui alternent sur les rebords de la vasque. Ces derniers sont richement ornés de grappes, de papillons…

L’ensemble revient, transport compris, à plus de 8 000 francs. Le coût élevé de la nouvelle construction amène la municipalité à l’exploiter au maximum pour le service à la population. Des bornes-fontaines supplémentaires sont installées dans différents quartiers de bourg. Les habitants peuvent établir à leurs frais une prise d’eau sur la conduite de la fontaine, puis paient cinq francs par an pour la concession. Très vite, on estime que les avantages procurés par l’adduction d’eau seraient incomplets s’ils devaient se borner à ces seuls usages. Or, la commune ne dispose pas de lavoir couvert. Aussi le conseil municipal décide-t-il d’utiliser l’eau de source du conduit qui alimente la fontaine publique, limpide et abondante en toute saison, pour alimenter un lavoir public couvert, édifié en 1853-1854. Dès 1853, la fontaine et les bornes-fontaines font l’objet de réparations, réalisées par Henri Poisson, plombier-fontainier local qui emporte en 1868 le marché de leur entretien. Depuis, la fontaine fonctionne toujours, étonnant vestige du XIXe siècle…

Historique

L’accroissement démographique du milieu du XIXe siècle amène la municipalité à se pencher sur les besoins d’habitants plus nombreux. L’approvisionnement en eau est jugé prioritaire, car il est susceptible de leur apporter plus de confort et d’hygiène. Le projet de fontaine, élaboré par Boulanger, architecte et conducteur des Ponts-et-Chaussées à Troyes, a pour but d’amener sur la place de Saint-Mards les eaux de la source Saint-Bouin, distante de 1255 mètres. En 1839, les revenus communaux permettent la construction d’une fontaine jaillissante, mais le conseil municipal décide de reporter à l’année suivante le projet fontainier. Après quelques obstacles, le ministre de l’Intérieur autorise les travaux en juillet 1843, mais ce n’est qu’en 1845 que l’entrepreneur Morel et le sculpteur Cruchet entreprennent, au bout de la rue de la Foire-aux-Chevaux, la construction d’un bassin en pierre de taille de 6 mètres de diamètre extérieur.

La fourniture de la fontaine monumentale pose quelques problèmes. Dès février 1844, l’architecte Boulanger se rend à Paris pour passer commande aux ateliers Calla fils, moyennant 5 000 francs. Mais Calla demande ensuite une somme plus élevée et refuse d’apporter à son projet les quelques changements demandés par la municipalité. Le contrat est résilié. L’architecte Boulanger trouve une nouvelle pièce monumentale chez le fondeur parisien Ducel pour 4 400 francs. Son dessin est revêtu de plus d’ornements que le projet de Calla. Mais très vite, Ducel refuse de remplir ses engagements, prétendant que le modèle à exécuter est un objet d’art et non point un monument courant comme il l’avait compris. Petit, maire de Saint-Mards, et Boulanger se rendent à Paris et rompent le contrat avec Ducel.

Sur le vu d’un modèle en plâtre, œuvre du statuaire Levesque, ils prennent un troisième marché avec Quesnel, fondeur en bronze, rue des Amandiers, moyennant 5 200 francs. Celui-ci livre rapidement le monument. Les essais effectués en septembre 1844 donnent satisfaction et la fontaine est enfin mise à la disposition des habitants.

Le 10 mai 1845, le conseil municipal de Saint-Mards se réunit pour examiner le devis supplémentaire dressé par l’architecte Boulanger. Concernant la vasque et les bornes-fontaines supplémentaires, il s’élève à 29 200 francs et est pris sur les fonds libres. La réception définitive de la fontaine et des bornes-fontaines a lieu le 23 juin 1846. Le 21 juillet 1847, le conseil municipal adopte le procès-verbal de réception des travaux ainsi que le décompte général de la dépense occasionnée.

Référence source

Revue La vie en Champagne n° 37 - 2004 - Les fontaines
Numéro d'identification de la fiche : 52962c6e83881111

     

155 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Mascaron de fontaine – Barzun

Fontaine située au chevet de l’église, rue du Corps-Franc-Pommies (D 640).

22 septembre 2022

70 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Fontaine de l’enfant à la coquille – Rabastens-de-Bigorre

Fontaine située sur le côté de la place Centrale, en bordure de la RN 21

13 septembre 2022

71 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Fontaine-abreuvoir – Grande Rue – Fontenoy-le-Château

La fontaine-abreuvoir est située dans la Grande Rue, accolée en façade antérieure de la halle-mairie-école.

12 septembre 2022

74 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

Information à propos du contributeur

  • Publié par : Patricia
  • Membre depuis : 22 mai 2014

Autres contributions de Patricia

Plus récentes contributions de Patricia »

QR CODE