Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

FONDERIES DENONVILLIERS

Informations :

  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 16 août 2015

Description:

SABLE – FONTE DE FER

Créée en 1838 par Messieurs Jacquot et Hannotin, à Sermaize-sur-Saulx pour transformer le minerai de fer local en produits marchands, l’entreprise rencontre des difficultés de fonctionnement jusqu’à sa reprise, en 1871, par Claude-Léon Denonvilliers.

Claude Léon Denonvilliers (1816-1885), futur doyen des fondeurs de Paris, commence sa carrière en 1843 comme marchand de fer après avoir reçu de sa tante, veuve de Nicolas Honoré Godard, une maison de commerce située à Paris, 6 et 8, rue de Lancry.

En 1859, il s’associe avec les sept frères Saleur (transfuges du Val d’Osne) qui ont pris à bail, une ancienne affinerie devenue fonderie, créée par les ouvriers de l’usine Barbezat (1827-1884) à Osne-le-Val. Elle fonctionne avec un cubilot. Il y apporte des modèles entre 1867 et 1870, qu’il fera produire jusqu’en 1879.

En 1870, Léon Denonvilliers s’associe avec son fils Maurice (1848-1907) et Victor Célestin Saleur pour créer la société Denonvilliers L. et fils et Saleur jeune ayant pour objet l’exploitation de la fonderie d’Osne-le-Val. Elle est à l’origine spécialisée dans la fonte de fer au sable de pièces monumentales. Plus accessoirement, elle travaille le bronze et le plomb.

La même année, la société déploie un projet industriel d’envergure en achetant les Hauts-fourneaux et fonderies de Sermaize-sur-Saulx, usine fondée par François Achille Jacquot et Charles Hannotin en 1838.

En 1871, il associe son fils au capital de la maison de commerce du 8 rue le Lancry à Paris. Celle-ci est fusionnée la même année avec Denonvilliers L. et fils et Saleur jeune. Un catalogue montre les productions d’Osne-le-Val vendues à Paris : de la serrurerie pour l’équipement des villes, balcons, appuis de croisées, candélabres… Certaines planches sont intitulées L. Denonvilliers, successeur d’Auguste Godard.

En 1872, un acte notarié mentionne que la société Denonvilliers L. et fils et Saleur jeune exploite l’usine de Sermaize sous la dénomination Société des hauts-fourneaux et fonderies de Sermaize-sur-Saulx.

Saleur jeune se retire en 1877 pour voler de ses propres ailes en louant la fonderie de Monsieur Leclerc à Saint-Dizier, future Société des Fonderies de Saint-Dizier.

La raison sociale de la société devient L. Denonvilliers et fils.

Elle participe au grand décor de l’Exposition universelle de 1878 (Paris) en coulant le Bœuf par Caïn et deux des six statues continents : L’Asie par Falguière et L’Amérique du Sud par Aimé Millet. Ces deux dernières figurent aujourd’hui sur le parvis du musée d’Orsay ; le Bœuf est à Nîmes.

Après la mort de son père en 1885, Maurice assume seul la direction de l’entreprise dont l’activité porte à la fois sur les fontes industrielles (constructions métalliques pour le bâtiment ou pièces mécaniques) et sur la fonte d’art. Le catalogue proposé par l’établissement couvre un domaine très large.

D’autres commandes publiques, en fonte ou en bronze, renforceront la renommée de Denonvilliers au-delà du territoire national. Il obtiendra une médaille d’or à l’exposition vaticane de 1888. Trois monuments religieux ornent toujours les jardins du Vatican (une médaille d’or lui fut décernée par le Vatican pour la réalisation en 1888 de la statue en bronze du Pape Léon XIII, père de l’encyclique « De rerum novarum »). Les diocèses de Châlons-sur-Marne et Reims commanderont trois œuvres en bronze, coulées par Denonvilliers : Bienheureux Urbain II, par Roubaud jeune et Perthes, Saint Austremoine par Momur et Saint Alpin et Attila par Boutellier. Il convient également de citer, à Washington, le Monument du Général Lafayette, par Falguière et Mercié, bronze coulé en 1889. Pour l’édition en série, Maurice Denonvilliers poursuit l’enrichissement du fonds religieux et profane avec des modèles acquis auprès de sculpteurs ou de maisons spécialisées comme Poiret ou Vermare. Des contrats d’édition s’étalant de 1889 à 1895 sont mentionnés dans un inventaire de plus de 500 modèles, probablement réalisé en 1896.

Avant 1890, le siège de la société est transféré 174, rue Lafayette à Paris.

En 1891, Maurice Denonvilliers et sa sœur Louise, Julie Breton, actionnaires majoritaires, augmentent le capital de l’entreprise qui devient une société anonyme au capital de 3 millions de francs avec la raison sociale Fonderie d’art et de bâtiment et pour objet « la fabrication, l’achat et la vente de fontes moulées en tous genres » y compris des églises, chapelles, clochers, marchés, kiosques à musique et usines…

Son engagement dans le catholicisme social lui ouvre de nombreux débouchés dans le clergé. Ses dépôts dans les principales villes de France et de l’étranger assurent la diffusion de ses productions.

En 1896, l’entreprise périclite et est reprise par le Comptoir général des fontes de bâtiment et de fumisterie, créé en 1889 quai de Jemmapes à Paris et propriété de Capitain-Gény et Salin, maîtres de forges en Haute-Marne et Meuse. Ils conservent Maurice Denonvilliers à la direction de l’usine, comme directeur artistique. Celle-ci fermera définitivement ses portes en 1897. Capitain et Salin se partageant le fonds de modèles dont ils poursuivront l’édition. (La fonderie Ferry-Capitain possède encore un fonds Denonvilliers composé d’environ 400 modèles, essentiellement religieux.)

La fabrication artistique est transférée à l’usine du Rongeant, près de Joinville, rachetée par Capitain-Gény à cet effet et à Écurey, fonderie meusienne appartenant à Salin.

La liste des principaux travaux exécutés par Denonvilliers figure, partiellement ou intégralement, dans les catalogues de Capitain-Gény et Salin.

Maurice Denonvilliers reste directeur artistique du Comptoir des fontes jusqu’en 1901, date à laquelle il part diriger la fonderie Thiébaut rachetée par Louis Gasne à Victor Thiébaut.

En 1906, il crée sa propre maison d’édition de statues religieuses à Paris. Celle-ci est toujours dirigée par ses descendants (sa fille Marie, Cécile, Berthe avait épousé Jean Jérôme Prouvost) à Tourcoing, sous la raison sociale Établissements Prouvost (les Etablissements PROUVOST sont fabricants et négociants d’articles religieux catholiques. Depuis toujours, cette société est gérée en famille, elle est toujours en activité).

 

Voir aussi la notice CAPITAIN

 


  La maison Prouvost à Tourcoing prolonge l’activité d’édition religieuse annonçant :

A votre service depuis 1844

Nous sommes spécialistes dans la fabrication et la fourniture d’articles religieux catholiques depuis que Maurice Denonvilliers, fondateur des Ets PROUVOST en 1844 (alors nommés Fonderie Denonvilliers et Fils) réalisait des articles de fonderie, comme les statues religieuses, les Christs et calvaires en bronze, les bustes de personnes publiques, les fontaines, les candélabres et les statues commémoratives.

Sources et liens externes

Sources : 1) Archives Aspm - 2) Archives départementales de la Meuse - 3) Documentation Simone Collin, Georges Rosenberger, Abbé Kwanten (« Les hauts-fourneaux de Sermaize-les-Bains » - Extrait des Mémoires de la société d’agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne) - 4) Abbé Maréchal (« Notice sur Osne-le-Val » - 1912, tome XIII des Mémoires de la Société des lettres de Saint-Dizier) - 5) Charles Lallemand, (Notice nécrologique d’Edmond Capitain-Gény, 1919) - 6) Dictionnaire des fondeurs de bronze d’art (Élisabeth Lebon, 2003, Marjon éditions, p. 145-147) - 7) HACHET (Jean-Charles), Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers et fondeurs, de l’Antiquité à nos jours, 2 vol., 18000 pages, 2005. Les fondeurs, tome II, p. 835.
Numéro d'identification de la fiche : 38455d0b8045aad0

  

1466 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

457 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

DAMMARIE

Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui i...

23 juillet 2018

301 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

GOUGE

Diplômé des Arts et Métiers (Angers, promotion 1864), Auguste Gouge débute comme dessinateur et appartient successivement aux établissements Cail et Cie, Eiffel...

23 juillet 2018

293 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

Information à propos du contributeur

  • Publié par : Patricia
  • Membre depuis : 22 mai 2014

Autres contributions de Patricia

Plus récentes contributions de Patricia »

QR CODE