Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

DURAND Louis

Informations :

  • Prénom: Louis
  • Nationalité: Française
  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 5 janvier 2021

Description:

Ancienne fonderie de fer et de cuivre Durand, puis Fonderies de Creil, puis de la Société des Constructions Mécaniques de Creil, actuellement entrepôt industriel

Louis Durand crée en 1871 à Creil une fonderie située rue des Moulins (actuelle rue Henri-Barluet).

La fonderie est transférée rue des Usines en 1882 afin de profiter d’un embranchement direct au chemin de fer du Nord. Les ateliers sont agrandis en 1898 (comme l’atteste la date portée sur les poteaux en fonte) et l’embranchement ferroviaire est approuvé en 1899.

Pendant la Première Guerre mondiale l’usine travaille pour la Défense nationale : elle produit 120 tonnes par mois de pièces mécaniques. Quatre hommes sont chargés spécialement de la surveillance du magasin aux modèles construit le long de l’usine. En 1922, l’usine peut fabriquer des pièces mécaniques, sur modèles et sur dessins, jusqu’à 30 000 kilos. Elle possède un atelier de modelage mécanique pour la fonte de fer, l’acier coulé, le bronze et l’aluminium.

La fonderie est constituée en société anonyme en 1939 et prend le nom de Fonderies de Creil. Les bombardements aériens de 1940 détruisent la moitié de l’usine et notamment une grande partie de la superficie réservée au moulage. Des travaux conservatoires de couverture et de toitures sont réalisés. En 1944, l’usine est à nouveau bombardée. Elle est reconstruite à partir de 1947 sur les plans de l’architecte creillois Léon Bailly. Un soin particulier est apporté à la manutention des pièces et des matières premières à l’intérieur de l’usine : deux ponts-roulants sont ajoutés et l’usine se dote de plusieurs sableries automatiques. Avec ses nouveaux aménagements, la production mensuelle passe de 300 à 400 tonnes. Une nouvelle conciergerie, des vestiaires, des lavabos et un grand réfectoire sont construits en dépendance le long de la rue des Usines.

La fonderie Durand ferme en 1951. En 1955, la société des Constructions Mécaniques de Creil, nouvellement installée, fait construire des ateliers de fabrication pour chaudronnerie et tôlerie pour la transformation de produits plats. Cette activité emploie 8 ouvriers et 40 personnes travaillent sur le site.

Une société à responsabilité limitée est constituée en 1967 : la Stamco Comec Engineering a pour objectifs de travailler et d’étudier la mécanique, l´électromécanique et l´électronique. Un nouveau bâtiment abritant un magasin de pièces mécaniques, un bureau d´études et un local social est construit la même année.

Au début des années 1970, de nouveaux bâtiments sont construits sur un terrain de 8170 m² situé sur la commune de Nogent-sur-Oise. Un vestiaire, un garage à vélo, un jeu de boules, un terrain de volley-ball et un magasin de stockage y sont aménagés.

Actuellement, les bâtiments de l’ancienne fonderie sont occupés par plusieurs sociétés. Malgré de nombreuses reconstructions, les ateliers de fabrication Durand restent l’un des témoins les plus anciens de l’architecture industrielle dans le quartier Gournay-les-Usines.

Numéro d'identification de la fiche : 1585ff446afb497c

 

81 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

SAINT-CYBARD

Usine de construction mécanique, fonderie de Saint-Cybard - 116 rue de Bordeaux - Angoulême (Charente)  Cet atelier de construction mécanique pour la papeter...

15 janvier 2021

41 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

CORDEBART

Usine de construction mécanique et fonderie Cordebart, puis Cordebart Michaud - Angoulême (Charente), 35 rue de la Rochefoucauld Cordebart et Michaud ont déb...

7 janvier 2021

80 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

PACCARD

L'histoire de la fonderie de cloches Paccard débute au printemps de l'année 1796, lorsque Antoine Paccard, alors syndic (maire) du petit village de Quintal, dan...

5 janvier 2021

92 vues au total, 0 vues aujourd'hui

QR CODE