Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

DOLLET – MICHEL – BOYER

Informations :

  • Nationalité: Française
  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
DOLLET – MICHEL – BOYER
gare de Nîmesgare de Nîmesgare de Nîmes
Fiche créée ou mise à jour par : le 12 octobre 2016

Description:

Fonderie  de fer  – Nîmes

A signé les bornes-fontaines devant la gare de Nîmes, avenue Feuchères.

la fonderie a ensuite rejoint  les  entreprises métallurgiques  Michel puis Boyer. Ces noms sont associés à la réalisation de la gare de Nîmes et au nom de Talabot

Biographie

> Louis Dollet, fondeur, est autorisé en 1874 à déplacer son établissement à partir d'un immeuble plus petit situé à une centaine de mètres seulement. 1888 : passage à Pierre Rol, Pierre, Jacques et Louis Boyer, fondeurs, indivis. Agrandissement vers 1895. 1902 : Louis Boyer seul. Vers 1940, vente à la paroisse Saint-François qui transforme en salle paroissiale. Sauf la forge (rue Pépin le Bref) , les vaisseaux sont recoupés pour donner un étage > Autorisation en février 1865 à MM. Michel et Boyer pour une distillerie de pétrole et une usine métallurgique. La distillerie (partie ouest) est dirigée par Louis Liron père et fils, fonctionne jusque vers 1885. Une fonderie la remplace un peu plus tard. L'atelier de construction mécanique (côté est) passe vers la fin du siècle à V. Etienne. 1915 : autorisation provisoire de 2 cubilots par le secrétariat d'Etat à l'Artillerie. 1916 : autorisation définitive pour forge avec marteaux mécaniques, fonderie de bronze et scierie mécanique (fabrique de douilles d'obus) , construction de nouveaux ateliers dont un de ferblanterie. 1919 : constitution de la S.R.L. des constructions mécaniques du Gard (à Paris). Petite extension vers 1924, mais fin de l'activité métallurgique en 1927 ou 1928 et vente à André Richard. Partie ouest utilisée puis vendue comme entrepôt et magasin de matériaux de travaux publics, puis comptoir du pneumatique. Actuellement magasins textile. Partie est vendue à la S.R.L. Viticola comme magasin de produits oenologiques. 1932 : Louis Barre, fabricant de chaussures, auquel succède Julien Deleuze (marque déposée La Cévenole) , jusque vers 1960. Actuellement magasin Gervais Matériaux.
Numéro d'identification de la fiche : 3057fe43b77c4e3

 

629 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

505 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

DAMMARIE

Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui i...

23 juillet 2018

317 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

GOUGE

Diplômé des Arts et Métiers (Angers, promotion 1864), Auguste Gouge débute comme dessinateur et appartient successivement aux établissements Cail et Cie, Eiffel...

23 juillet 2018

310 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE