Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

DEJEAN

Informations :

  • Prénom: Louis
  • Nationalité: Française
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né à Paris 17e le 9 juin 1872 - Décédé à Paris 15e le 6 janvier 1953 ou 1951

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 15 mars 2017

Description:

Sculpteur et médailleur français. Louis Dejean est professeur de sculpture à l’Académie scandinave au no 6 rue Jules-Chaplain à Paris 6e.

Après avoir été un an élève de l’École des arts décoratifs, il travaille à 16 ans dans une maison de tissus, puis, pour un praticien où il fit « du marbre » jusqu’à son service militaire. Il entre ensuite dans l’atelier d’Antonin Carlès (1851-1919) où il apprend son métier de sculpteur en tant que praticien. Il occupera aussi cette fonction chez Rodin jusqu’à ce qu’un désaccord au sujet du Balzac ne les sépare (1909) ; ce différend n’empêche pas Dejean d’exposer à ses côtés à la « Société Nouvelle ». Si son passage dans l’atelier de Carlès avait fait de lui un praticien méticuleux, son passage chez Rodin lui permet d’aborder les volumes avec plus de force. Il va tout d’abord développer un travail précis et décoratif sur des statuettes féminines en terre cuite, inspirées des Tanagras devant lesquelles il s’arrêtait durant ses visites au Louvre. Elles caractérisent les Parisiennes des années 1900 aux longs manteaux, longues jupes et corsets (Femme à la canneMélancolieEn promenade). Il va les exposer avec succès à la Société Nationale des Beaux-Arts à partir de 1899, salon où il est présent presque chaque année (il est sociétaire de ce Salon ainsi que du Salon des Tuileries et du Salon d’Automne).

Il ne limite pourtant pas son travail à ses Tanagras modernes. Il va revenir à une sculpture plus monumentale qu’il réalise dans son grand atelier à Neuilly. La Maternité (1910) indique une évolution vers un art plus large qui rejette le pittoresque pour mieux rechercher la plénitude de la forme. Cette tendance se marque encore davantage dans les œuvres suivantes : Boxeur au reposFemme assiseNarcisse, Jeune Lutteur, et diverses autres figures dont le torse de femme exposé au Salon des Tuileries de 1926. Ainsi, de l’art nerveux et coloré des statuettes du début, Dejean aboutit à un style large préoccupé uniquement de réalisations sculpturales, notamment illustré par le Monument aux morts de Saint-Ouen (1914-1918).
Il reçoit une commande en 1933, de la Paix, rebaptisée l’Accueil, grande figure en bronze érigée pour la salle à manger des premières classes du paquebot Normandie. En 1937, il réalise pour le Palais de Tokyo à Paris une des quatre Nymphes couchées qui entourent le bassin. Il affirme là son goût pour la beauté des corps, bustes et nus en particulier. La mairie du Ve arrondissement à Paris abrite le Marteleur et nombre de musées conservent des œuvres de Dejean : le Musée de Cambrai, Phrynée, commande de l’État en 1932 ; le Musée de Nantes, le Buste de Laurens ; le Musée de Sainte-Croix de Poitiers, Jeune fille se coiffant ; le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Ève (marbre), Orphée (pierre) ; à Roubaix,  Jeune femme à genoux (pierre).

Il est connu également comme étant un des membres de la dite « Bande à Schnegg » (Gaston Schnegg, né en 1866 à Bordeaux, mort en 1953 à Paris, est un sculpteur et peintre français. Après avoir obtenu deux prix de sculpture à Bordeaux, il s’installe à Paris en 1887 et entre dans l’atelier d’Alexandre Falguière à l’école des beaux-arts, où il rejoint son frère aîné Lucien. Leur atelier commun devient le lieu de rencontre de jeunes sculpteurs : c’est “la bande à Schnegg” dont Lucien, le frère de Gaston, est l’élément moteur. Après la mort de Lucien Schnegg en 1909, la bande continue de se réunir autour de Gaston).

Influencé à ses débuts par Rodin, il s’éloigne pourtant du lyrisme du maître pour s’orienter vers une sculpture calme, sereine, de plus en plus dépouillée, à la recherche de volumes simples et de compositions équilibrées.

« Depuis vingt années et davantage, Louis Dejean est tenu par ses confrères, par les critiques indépendants, et par quelques amateurs fins, pour un des maîtres de la statuaire française contemporaine et l’un de nos chefs d’école. Mais la simplicité laborieuse de ce bel artiste, son éloignement de toutes les coteries, son désintéressement intégral, et surtout ce manque absolu d’arrivisme qui le différencie de tant d’artistes, même bien doués, l’ont maintenu un peu à l’écart des commandes officielles, des faveurs, du gros succès. Et le grand public, ne voyant jamais son nom à l’occasion des cérémonies où triomphent les académiques, ne faisait point fête à Louis Dejean, qui d’ailleurs n’en avait cure, uniquement soucieux de progresser et de satisfaire son goût de la perfection. Toutefois, il y a quelques mois, à l’inauguration du Salon des Tuileries, Dejean connut une heure de joie et de fierté, quand il vit ses confrères et les critiques, sans exception, et les peintres, et le président du Salon, M. Edouard Herriot, attester une admiration unanime devant son Nu exposé au rez-de-chaussée, rue Paul-Cézanne. L’harmonieuse pureté des proportions, le rythme des plans où la lumière joue avec une science consommée, la vertu personnelle d’un style où l’énergie s’allie à la délicatesse, rallièrent tous les suffrages. Le Nu de Dejean fut ce jour-là décrété le plus noble envoi d’une section de statuaire à laquelle collaborent Despiau, Drivier, Pompon, Jane Poupelet, Arnold, Wlérick, Poisson, Matéo, Hernandez, Pommier, Guénot, Saupique, Lasserre, Joachim Costa, c’est-à-dire les meilleurs d’aujourd’hui.» (Louis VAUXCELLES – La sculpture moderne : une grande oeuvre de décentralisation artistique, plaquette d’exposition – Paris : Ed. du Consortium de la céramique, de la verrerie et des industries d’art, 1931. Non paginé).

Œuvres, entre autres :

– Paris, musée d’art moderne de la ville de Paris, près de la fontaine du palais de Tokyo : Muse allongée, sculpture en pierre, commande pour l’Exposition spécialisée de 1937

– Paris, musée d’Orsay : La Parisienne, Dame au grand manteau, 1904, statuette, 27 × 45 × 34 cm

– Médaille en bronze de la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale, 1909, 80 × 52 mm, 195 grammes.

Monuments aux morts :

– Monteux (84170) (Vaucluse), inauguré en 1921

– Saint-Ouen (93400) (Seine-Saint-Denis) inauguré en 1922

– Villers-Cotterets (02600) (Aisne) inauguré en 1923

Sources et liens externes

Sources : Dictionnaire Bénézit, dictionnaire Lamy, Les bronzes du XIXe siècle, dictionnaire des sculpteurs (Kjellbert Pierre, les Éditions de l’amateur, Paris, 1996), L’univers des bronzes (Devaux Yves, Éditions Pygmalion, Paris, 1978), L’âge de la fonte (Renard Jean-Claude, Les éditions de l’amateur, Paris, 1985), Wikipédia.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

223 vues au total, 2 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Sculpteur

RÈVE

Peintre et sculpteur, il fut l'élève de Perceval à Reims. En 1844, 1845 et 1849, il exposa au Salon de Paris. Professeur de dessin au Lycée de Reims, ou de n...

26 novembre 2018

55 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

Wallgren

D’origine finlandaise, le sculpteur prit la nationalité française en 1902. Il est un des plus importants représentants nordiques de l'Art nouveau. En 1877, à...

3 novembre 2018

171 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Sculpteur

PEKLE

Sculpteur méconnu du grand public, Jean-Mathieu Pekle (1868-1956) figure parmi les principaux artistes corses de la première moitié du 20e siècle. Fils de négoc...

2 octobre 2018

95 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE