Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

DALOU

Informations :

  • Prénom: Aimé Jules
  • Nationalité: Française
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né à Paris le 31 décembre 1838 - Décédé à Paris le 15 avril 1902

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
DALOU
DALOU - Image1
Fiche créée ou mise à jour par : le 22 mai 2014

Description:

Élève de Carpeaux et Duret. Débuta au Salon en 1867.Dans sa jeunesse, il travailla pour des bronziers et des orfèvres. Se mêla de politique pendant les événements de 1870-71, se réfugie à Londres. Revient en France en 1879. Fut un des promoteurs du Salon des Dissidents ouvert au Champ de Mars en 1890 par la Société nationales des Beaux-Arts. Médaille en 1870, d’honneur en 1889, grand prix de l’Exposition universelle de 1889.

Ses statues de femmes le définissent plus particulièrement comme un sculpteur naturaliste et, dans ce genre, il est l’un des meilleurs représentants français du XIXe siècle.

Les bronziers et fondeurs français ont abondamment fait connaître l’œuvre de ce sculpteur en éditant des réductions ou en reproduisant ses ouvrages.

Les nombreux bronzes qui portent sa signature ont été, dans leur grande majorité, exécutés après sa mort : à de rares exceptions, Dalou n’avait jamais envisagé que ses œuvres puissent être reproduites dans une autre matière que celle qu’il avait initialement choisie. « Un ouvrage, disait-il, est fait pour une matière et une dimension ; l’en changer, c’est le dénaturer ».

Il avait institué comme légataire universel, à charge de s’occuper de sa fille unique handicapée, l’Orphelinat des Arts de Courbevoie. Entré en possession de plus de 300 sculptures, principalement des esquisses et des études en plâtre et terre cuite, provenant de l’atelier du sculpteur, cet établissement les revendit en 1905, pour 300 000 fr de l’époque, à la ville de Paris (elles appartiennent aujourd’hui au Musée du Petit-Palais. C’est alors que les exécuteurs testamentaires prirent la décision d’autoriser la reproduction de ces œuvres afin de contribuer à la gloire de l’artiste et d’assurer des revenus à l’Orphelinat des arts, ce qui fut le cas.

Ces bronzes posthumes ont d’abord été fondus à la cire perdue par Hébrard. Quelques épreuves portent la mention « pièce unique » ; d’autres sont numérotées, généralement de 1 à 10. D’autres encore, sans doute en raison de leur succès, ont été tirées en plus grand nombre ; elles sont numérotées, mais par séries de 10 ou 12, chaque série étant désignée par une lettre de l’alphabet.

Puis des éditions plus nombreuses et no numérotées ont ensuite été réalisées par la maison Susse.

Il connait le succès au Salon de 1869 avec son groupe de Daphnis et Chloé, et davantage encore à celui de 1870 avec sa Brodeuse. Après sa fuite à Londres, il fera tirer un bronze de cette œuvre d’après une réduction en plâtre qu’il avait emmenée en exil. Ce bronze figurera au salon de la Royal Académy. Un autre bronze sera édité, lors de son retour en France, par Legrain.

En 1877, Dalou réalise un groupe en marbre, La Charité qui est érigé derrière la Bourse de Londres et remplacé par un bronze en 1897.

En 1879, un an avant de regagner la France, il envoie au concours ouvert par la ville de Paris, la maquette du Triomphe de la République. Bien que ne répondant pas au programme imposé pour la place du même nom, cette œuvre remporta un tel succès que les édiles décideront finalement de l’élever au centre de la place de la Nation. Elle sera inaugurée provisoirement sous la forme d’un plâtre teinté bronze en 1889, et définitivement en bronze, dix ans plus tard.

En 1883 il expose Mirabeau répondant à Dreux-Brézé, haut-relief en plâtre qui sera fondu en bronze par Eugène Gonon pour le salon de la Paix du Palais Bourbon.

Au Salon de 1885 apparaît le plâtre le Triomphe de Silène qui, lui aussi coulé en bronze par Thiébaut, est au Jardin du Luxembourg (1898).

En 1885, le tombeau d’Auguste Blanqui est inauguré au Père Lachaise avec la statue couchée, en bronze, de l’homme politique.

Le Monument à Delacroix, fondu à cire perdus par Bingen est inauguré au Jardin du Luxembourg en 1890.

Cette année-là, Dalou abandonne la Société des Artistes français. Participant à la fondation de la Société nationale des Beaux-Arts, il exposera désormais au Salon de cette dernière.

Inauguration, en 1891, du tombeau de Victor Noir avec son gisant en bronze.

Très nombreuses commandes officielles.

Ses douze dernières années furent occupées par un énorme projet : l’édification d’un gigantesque monument aux ouvriers, qui ne dépassa pas le stade des études. Il n’en reste qu’une centaine de figurines représentant toutes les activités du travail de l’homme. Dès 1889, il songeait à cette œuvre qui aurait couronné sa carrière et concrétisé ses idées sociales et politiques.

A partir de l’inventaire général de ses œuvres établi par Henriette Caillaux dans son ouvrage consacré à Dalou en 1935, il est possible de dresser une liste de bronzes réalisés à cette date, à la cire perdue par le fondeur Hébrard (auxquels s’ajoutent les éditions plus abondantes signalées plus haut), classés par types de sujets :

– Figures féminines, Kjellberg, p. 237

– Enfants, K, p. 238

– Figures masculines, K, p. 240

– Mythologie, allégorie, K, p. 240

– Personnages, K, p. 241

– Animaux, K, p. 242

– Esquisses pour le monument aux ouvriers, K, p. 242

– Bas-reliefs, K, p. 243

Editions en bronze réalisées par Susse : K, p. 243-245

– Esquisses pour le monument aux ouvriers, K, p. 245

Liste d’œuvres conservées dans les musées, K, p. 245-247

Ventes, K, p. 247-250

Complément

Prénom usuel : Jules

Sources et liens externes

Sources : Dictionnaire Bénézit, dictionnaire Lamy, Les bronzes du XIXe siècle, dictionnaire des sculpteurs (Kjellbert Pierre, les Éditions de l’amateur, Paris, 1996), L’univers des bronzes (Devaux Yves, Éditions Pygmalion, Paris, 1978), L’âge de la fonte (Renard Jean-Claude, Les éditions de l’amateur, Paris, 1985), Wikipédia.
Numéro d'identification de la fiche : N/A

 

579 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Sculpteur

CHABERT

Tombe de la famille Keller - Cimetière du Père Lachaise - Paris (75020) - 1870 Biographie à compléter.

20 novembre 2019

14 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Sculpteur

TRAUT

Fils du sculpteur Eugène Traut. Sculpteur belfortain, il fut l’auteur de très nombreuses réalisations, comme les monuments aux morts de Joncherey, Giromagny ...

14 octobre 2019

77 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Sculpteur

GRANGE

Fils et petit-fils de tailleur de pierres, Claude Grange est né à Vienne dans l’Isère le 23 septembre 1883. Il apprend à sculpter sur le chantier familial si...

14 octobre 2019

60 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE