Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

BROQUIN & LAINÉ

Informations :

  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 30 janvier 2017

Description:

Quelques traces de cette fonderie…

Joseph Antoine Broquin, fondeur en cuivre demeurant à Paris rue de Presbourg, n° 15 et Armand Rosé Lainé, ingénieur civil, demeurant à Paris, rue de Marseille, n° 11, agissant comme membre de la Société Broquin et Lainé, dont le siège est à Paris rue du Faubourg du Temple, n°59, du prix du ‘ Théâtre du Château d’eau ‘ situé à Paris rue de Malte et quai de Valmy. Source : Minute du 13 novembre 1873 – Réf MC/ET/XXXI/1083 – Minutes et répertoires du notaire Hippolyte MÉGRET, 18 août 1871 – 6 janvier 1903 (étude XXXI) – https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_041861&udId=root&details=true&gotoArchivesNums=false&auSeinIR=true)

 

La fonderie Broquin et Lainé est reprise par la fonderie Muller, Roger & Cie. Sur une facture de 1924, l’entreprise mentionnait encore à l’époque les maisons qu’elle avait intégrées : Broquin & Lainé, Thiébaut & Fils, Lehmann Frères. Outre l’usine de l’avenue Philippe-Auguste, Muller & Roger disposait d’une grande fonderie à Noyon (Oise). Source : lafabriquedeparis.blogspot.com/2014/05/lehmann-brothers-version-industrie.htmlhttp://4.bp.blogspot.com/-IE-QEWu2DIc/U2ZM4bxi87I/AAAAAAAABKQ/zN5rQpsnTvs/s1600/Lehmann+Fr%C3%A8res+st+maur+facture+muller.JPG

 

Œuvres signées Broquin et Lainé :

– Enfant nègre jouant avec un lézard – Bronze patiné – Modèle 1853 – Dimensions 81 x 39 x 55 cm – Sculpteur Charles Lebourg (1829-1906)

– Buste en bronze (H. 0,47) de Ponchard (Jean-Frédéric-Auguste), chanteur, professeur de chant au Conservatoire, né le 31 août 1787, à Paris, où il est décédé le 6 janvier 1866. Signé : F. Duret (Francisque-Joseph). Broquin et Lainé frs. Gravé par J. Pense. Sur la face antérieure du piédestal est encastré un médaillon en bronze (Diam. 0m 24). En exergue du médaillon on lit : « Ches Ponchard, 1824-1891. » Ce médaillon est signé : G. L. Naret. (11e div.) – Source : https://fr.wikisource.org/wiki/La_Sculpture_dans_les_cimeti%C3%A8res_de_Paris/P%C3%A8re-Lachaise/D

– Le catalogue de la vente après décès [de Pradier, juin 1852] énumère de nombreux modèles « vendus en toute propriété, avec droit de reproduction de toute nature et de toute grandeur ». Y figurent aussi des statuettes, ou seulement le moule de celles-ci, dont les droits de reproduction sont à vendre tantôt pour les tirages en plâtre, tantôt pour les tirages en bronze, mais parfois aussi pour les deux matières. Dans certains cas, les droits s’appliquent à une seule dimension. Lors de la seconde vente, organisée à l’atelier, en 1855, sans catalogue imprimé, d’autres statuettes sont vendues « avec droit de reproduction en bronze seulement » ou « avec droit de toute propriété ». La plupart des lots pouvant être exploités sont, semble-t-il, adjugés à des fabricants de bronze. Ceux qui n’avaient pas encore accès aux œuvres du maître peuvent ainsi produire à leur tour, en toute légalité, une marchandise qui se vend bien. C’est en effet peu après 1852 qu’apparaissent une vingtaine de statuettes jusqu’alors inédites, exploitées par Duplan et Salles, Labrouë, Colin ou Weygand, tandis que d’autres fabricants (Delafontaine, Thiébaut, Fumière, Boyer aîné et Rolland, Broquin et Lainé) inscrivent à leur catalogue des statuettes de Pradier déjà éditées par d’autres. Elles portent généralement l’inscription « J. Pradier » ou « J. PRADIER », le nom du fondeur et, parfois, le titre de l’œuvre. Quatre ouvrages réalisés à titre posthume, sans nom de fondeur, portent « J. Pradier 1852 » (Homère, Danaïde, Le moineau de Lesbie, Bacchante levant sa coupe). Source : http://www.jamespradier.com/Texts/Forum_Colin.php

Sources et liens externes

Sources : 1) HACHET (Jean-Charles), Dictionnaire illustré des sculpteurs animaliers et fondeurs, de l’Antiquité à nos jours, 2 vol., 18000 pages, 2005. Les fondeurs, tome II, p. 817. - 2) KJELLBERG (Pierre), Les bronzes du XIXe siècle (dictionnaire des sculpteurs), Paris, les éditions de l’amateur, 1989, p. 658 - 3) LEBON (Elisabeth), Dictionnaire des fondeurs, 2003, p. 111-116. - 4) DEVAUX (Yves), L’univers des bronzes, Paris,1978, p.262.
Numéro d'identification de la fiche : 866588f59ff2fac2

 

533 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

405 vues au total, 1 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

DAMMARIE

Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui i...

23 juillet 2018

271 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

GOUGE

Diplômé des Arts et Métiers (Angers, promotion 1864), Auguste Gouge débute comme dessinateur et appartient successivement aux établissements Cail et Cie, Eiffel...

23 juillet 2018

268 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

Information à propos du contributeur

  • Publié par : Patricia
  • Membre depuis : 22 mai 2014

Autres contributions de Patricia

Plus récentes contributions de Patricia »

QR CODE