Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Fondeur

BRADFER

Informations :

  • Nationalité: Française
  • Activité: Fondeur

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche créée ou mise à jour par : le 22 mai 2014

Description:

BRADFER

Origines de la famille à Houdrigny, près de Virton dans le Luxembourg belge. Les Symon dits Bras de fer étaient forgerons de leur état.

 

Jean-Baptiste BRADFER (1747-1817)

Commis de forges (régisseur) au fourneau de Berchiwé (Meix-devant-Virton)

 

Jean-Baptiste BRADFER (1768-1829)

Dans le Pays Gaumais, près de Virton ; ses fils sont « dans le fer », l’un régisseur de forges, l’autre « cerrurie », après avoir été régisseur de forges, poste de confiance qui consiste à représenter le maitre de forges et à gérer le bureau. Jean-Baptiste vient à Naix, (aujourd’hui Naix-aux-Forges), commune de Nantois. Puis il quitte Naix pour créer son usine à Longeaux sur le moulin de Quincampois. Puis en 1827, il va diriger le haut-fourneau de Thonnelle.

 

Jean-Baptiste BRADFER (1808-1888)

Né à Latour (Belgique). Vient à 3 ou 4 ans dans la vallée de l’Ornain. Études à Ligny puis à Chalons-sur-Marne. Pendant les vacances, il travaille au bocard de Saint-Amand-sur-Ornain. En 1823, le propriétaire de Naix, Paillot, lui demande de prendre la place de régisseur. En 1828, il quitte Naix pour Cousances où la forge est propriété de la famille Viry. Il retourne à Nantois où il se marie en 1830. Il devient le commis régisseur de Menaucourt pour le compte de la famille Paillot.

 

Ernest BRADFER (1833-1882)

Né à Nantois en 1833 – Décédé à Bar-le-Duc en 1882

Fils de Jean-Baptiste Bradfer (1808-1888). Le fils fait ses études à Nancy, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Le père et le fils ont une carrière de maître de forge et d’industriels à Naix-aux-Forges et à Bar-le-Duc.

En 1859, les Bradfer s’associent au maître de forge Joseph-Bernard Viry et à son fils Louis pour ouvrir une fonderie et un haut-fourneau à Bar-le-Duc.

 

Sté BRADFER & VIRY (1859-1866)

Dès l’origine, l’usine de Bar-le-Duc se spécialise, avant Pont-à-Mousson (1866) dans la fabrication de tuyaux. Puis les Bradfer rachètent la part des Viry en 1866.

Voir notice « VIRY Allichamps et Chevillon »

 

BRADFER PÈRE ET FILS (1866-1876)

La société “Bradfer-Viry” devient “Bradfer père et fils” et produit des tuyauteries et canalisations en fonte pour l’eau et le gaz, marché en pleine expansion avec l’urbanisation d’alors. Ernest achète ensuite les mines de Maron (Meurthe-et-Moselle).

 

BRADFER et fils & Cie A.A. DURENNE (1876-1882)

La Société Bradfer père-et-fils avait été constituée pour dix ans. Au moment de son renouvellement, la famille Bradfer chercha à la développer. En 1876, ils s’associent avec Antoine Aubin Durenne qui apporte le brevet de raccordement de canalisations Lavril et fondent alors la société “Bradfer et fils & Cie A.A. Durenne” pour dix ans. En 1879, un second haut-fourneau est allumé et produit 10 à 15 tonnes de fonte par jour. La famille Bradfer se consacrait uniquement à la fabrication et au contrôle des coûts de production pour lutter contre la concurrence « possible » (Brousseval, Pont-à-Mousson). Durenne ne mélangera pas ses autres activités, statues, vasques etc. Il affectera un local, des employés et une comptabilité distincts. En 1878, Jean-Baptiste et Ernest Bradfer achètent les forges de Naix. Conseiller municipal à Bar-le-Duc, Ernest Bradfer est élu maire en 1881 après avoir été nominé en 1879. Il décède le 9 juin 1882.

 

BRADFER PÈRE ET CIE (1882-1886-1888)

À la mort d’Ernest Bradfer, son père reprend seul la direction des affaires et mènera désormais de front une carrière politique et une carrière industrielle. La crise de l’hiver 1883-1884 provoquée par la concurrence des produits allemands précipita le déclin de l’industrie métallurgique en Meuse. En 1886, Bradfer renouvelle le contrat qui le lie à Durenne pour deux ans seulement. Un nouveau tournant technologique s’opérait. Jean-Baptiste Bradfer n’était pas en mesure de le prendre.

 

SOCIETE DURENNE (1889—)

À la mort de Jean-Baptiste Bradfer en 1888, l’usine sera vendue à Antoine Durenne qui prendra ce tournant en fermant les hauts-fourneaux pour axer l’entreprise sur la fonderie de deuxième fusion (pour canalisations, matériel de chauffage, voirie…) pouvant disposer de fonte à un prix de revient plus bas et en quantité illimitée.

 

Le procédé de fabrication par centrifugation utilisé par ailleurs par Pont-à-Mousson, sera adopté au XXe siècle.

L’usine Bradfer sera fermée et démolie au début des années soixante-dix, et à son emplacement, un parc tertiaire sera construit, ce qui explique qu’il ne reste que peu de vestiges, à part la maison de maître, 69 rue Bradfer, un logement ouvrier en bordure du canal et quelques traces ici et là.

Sources et liens externes

1) TILLY (Pascal), Bradfer père et fils et Durenne à Bar-le-Duc. Histoire d’une alliance, dans Fontes n° 40, septembre 2000 (http://www.fontesdart.org/produit/fontes-n-40-bradfer-et-durenne-histoire-dune-alliance/) - 2) http://www.barleduc.fr/rubrique.aspx?CategoryID=101&Niveau=2 - 3) http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=55029_40 - 4) http://centrale-histoire.centraliens.net/stories/rev608.pdf - 5) MOINE (Jean-Marie), Les barons du fer, Presses universitaires de Nancy, 1989, p.256-257. - 6) Latour (Belgique, prov. de Luxembourg, région wallonne) - 7) Ligny-en-Barrois (55, arr. Bar-le-Duc, ch. l. c.) - 8) Longeaux (55, arr. Bar-le-Duc, c. Ligny-en-Barrois). - 9) Maron (54, arr. Nancy, c. Neuves-Maisons) - 10) Meix-devant-Virton (Belgique, prov. de Luxembourg, région wallonne) - 11) Menaucourt (55, arr. Bar-le-Duc, c. Ligny-en-Barrois). - 12) Naix-aux-Forges, commune de Nantois, 55, arr. Bar-le-Duc, c. Ligny-en-Barrois). - 13) Nantois, 55, arr. Bar-le-Duc, c. Ligny-en-Barrois - 14) Saint-Amand-sur-Ornain (55, arr. Bar-le-Duc, c. Ligny-en-Barrois) - 15) Thonnelle (55, arr. Verdun, c. Montmédy) - 16) Virton (Belgique, prov. de Luxembourg, région wallonne)
Numéro d'identification de la fiche : N/A

   

900 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Fondeur

ANDRÉ

Jean-Pierre-Victor André est le fondateur de la maison « J.-P.-V. André ». 1824-1827 André loue Brousseval. Historique de Brousseval (Société anonyme...

8 octobre 2019

28 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Fondeur

Société métallurgique du Périgord (SMP)

Fonderie C'est en 1847 que les premiers hauts fourneaux à coke furent élevés à Fumel, sur le Lot, par la Société Benoist d'Azy, Drouillard et Léon Valès. Ils...

2 octobre 2019

90 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Fondeur

MARCHI

Salvatore Marchi a été l’un des nombreux propriétaires de la maison Raffl. On peut voir son nom à l’Exposition universelle de Paris de 1889 : « Anciennement ...

10 septembre 2018

557 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer

QR CODE