Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Balcons Guimard – Bd Perrichont – Paris (75016)

Informations :

  • Sculpteur 1: GUIMARD
  • Fondeur: FONDERIES DE SAINT-DIZIER BAYARD LECLERC SALEUR CHATEL
  • Code postal (en France): 75016
  • Localité: Paris
  • Pays: France
  • Continent: Europe
  • Planche Volumen: GUI_PL05 - Motifs détachés et retours
  • Matériau: Fonte
  • Type d'oeuvre: Décors - balcons - grilles - portes- kiosques
  • Morphologie: ornement
  • Année: 1911
  • Titulaire(s) et droits sur les photos:
    Fiche rédigée le : 31 mars 2008 par Dominique Perchet 

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Balcons Guimard –  Bd Perrichont –  Paris (75016)
Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image1Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image2Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image3Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image4Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image5Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image6Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image7Balcons Guimard -  Bd Perrichont –  Paris (75016) - Image8
Fiche créée ou mise à jour par : le 10 août 2010

Description:

Désignation : balcons (trois modèles différents)

 

 

Adresse : 14, Boulevard Perrichont Paris 75016

Visitable : oui

 

Propriétaire : privé

 

 

Fonderie : Fonderies de Saint-Dizier 

 

 

Sculpteur : Guimard (Hector)  – Architecte : Deneu de Montbrun


Matière : fonte de fer

 

 Références : numéro de la planche catalogue : 

 

GC = Planche 5

 

 

GC sans les raccords n°2 : Planche 4

 

 

BG : Planche 2 

  

 

-planche 10 

-planche 26 

-planche 31 

 

Date d’édition de la planche si elle est connue : 1905

 

 

 

 

Historique

Cet immeuble est important pour l’histoire de Guimard : Deneu de Montbrun est, semble-t-il, le seul architecte qui a utilisé des fontes de Guimard dont on a souvent dit qu’il avait été le seul client de ses créations, mis à part quelques utilisations ici et là : Saint-Dizier, Raon-l’Etape, Saint-Quentin...

 

”Hector Guimard avait ses ateliers, construits en 1903 (avenue Perrichont)  grâce à l’aide généreux de son mécène de l’époque, Léon Nozal. Cette proximité conduisit probablement Joachim Richard, dont il était l’ami - ils eurent, par la suite, des projets communs de lotissements immobiliers -, à lui demander la plaque en fonte destinée à recevoir le numéro “15” de la maison. Ce joli objet, en pur “Style Guimard”, figurait sur la façade dès 1908 : on le distingue sur une des planches hors-texte de “La Construction Moderne” consacrées à l’édifice, où celui-ci paraît très fraîchement achevé. Il a malheureusement été volé - comme les deux jardinières qui, bien après la destruction du petit édifice de Guimard, en signalaient encore l’emplacement -, pour réapparaître plus récemment dans les collections du musée d’Orsay, comme don de la Société des Amis du musée ! Personne ne semble avoir connu, à l’époque, la provenance suspecte de l’objet, car nul ne s’en inquiéta. Malheureusement, ce témoignage d’histoire (pour l’immeuble) et sans doute aussi d’amitié (pour l’architecte), manque à présent très cruellement à son lieu d’origine, sans enrichir pour autant, et de façon significative, le musée qui l’accueille désormais, qui ne l’expose pas et qui ne le restituera jamais. Alors... quel intérêt ?On se consolera un peu de ces disparitions regrettables en allant admirer les belles fontes Guimard de l’immeuble du n°14, construit en 1911 par Deneu de Montbrun, un architecte souvent décevant et banal, mais dont cette œuvre constitue peut-être l’une des réalisations les plus intéressantes. Une veuve, Mme Schneider, en fit publier la demande de permis, le 15 octobre 1910. Là aussi, la proximité des ateliers Guimard a entraîné la pose de quelques ornements de fenêtres et de balcons en fonte, dont je dirai un jour qu’ils ne furent pas un grand succès commercial.

Profitons de l’occasion pour mentionner que le fonds Richard, très abondant, est conservé à Paris, à l’Institut français d’Architecture (cote : 81 IFA). Il avait été offert au Conservatoire national des Arts et Métiers par la fille de l’architecte, dès 1961, soit immédiatement après la mort de Joachim Richard. La conservation d’un tel ensemble est suffisamment rare pour mériter, je crois, d’être signalée.


(source : http://paris1900.blogspot.com/search/label/16e%20arrondissement)

Numéro d'identification de la fiche : M524

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Plaque de cocher – Rue de l’Europe – Perthes

La plaque se trouve au croisement de la rue de l'Europe (rue principale de la commune) et de la Gr Grande rue. Plaque provenant de la fonderie Varigney (info t...

29 juin 2020

174 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Plaque de cocher – Gr Grande Rue – Perthes

La plaque se trouve au croisement de la Gr Grande rue et de la route de Saint-Eulien, derrière le panneau stop. Plaque provenant de la fonderie Varigney (inf...

29 juin 2020

168 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Plaque de cocher – Rue de l’Hôpital – Éclaron

La plaque se trouve rue de l'Hôpital.

28 mai 2020

233 vues au total, 0 vues aujourd'hui

QR CODE